AG : L’ANME insiste sur “l’harmonie” pour consolider l’unité du corps journalistique

L'Association nationale des médias et des éditeurs (ANME) a tenu son assemblée générale ordinaire ce mardi 29 août, à Casablanca. Cette réunion annuelle a été l'occasion de discuter des réalisations de l'association et des défis auxquels fait face le secteur de la presse au Maroc.


Réunissant des représentants des différents médias marocains, incluant la presse écrite, numérique, régionale et les radios privées, cette assemblée a abordé une variété de questions relatives aux contraintes auxquelles fait face le secteur. Parmi les intervenants, Fatima Zahra Ouriaghli, membre du bureau exécutif de l’ANME, a mis en lumière l’importance de l’harmonie pour consolider l’unité au sein du corps journalistique marocain. Elle a souligné les efforts de l’ANME visant à établir de nouvelles bases pour le Conseil national de la presse, à revoir la subvention de la presse et à restructurer le secteur, en mettant l’accent sur l’urgence de trouver des solutions aux défis actuels. « L’harmonie est le maître-mot pour unir les professionnels de la presse au Maroc », a-t-elle affirmé.

De son côté, Driss Chahtane, président de l’ANME, a souligné l’importance de l’entrepreneuriat médiatique au Maroc. Il a souligné le rôle crucial du soutien du ministère de tutelle et de l’engagement de Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès de la ùinistre de l’Economie et des finances, chargé du Budget, dans la préservation et le développement du secteur. « Il faut renforcer les entreprises médiatiques pour être à la hauteur des défis nationaux et internationaux », a insisté le président de l’ANME.

Dans cette optique, l’assemblée générale a approuvé à l’unanimité les rapports moral et financier présentés par Mokhtar Laghzioui, directeur de publication du quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia, et Khalid El Hori, directeur de publication du journal Assabah. Ces rapports reflètent les actions entreprises par l’ANME depuis sa création en juin 2020, visant à promouvoir les intérêts des journalistes et des entreprises de presse. « L’ANME aspire à rehausser le secteur de la presse en collaboration avec les ministères et les représentants parlementaires », a souligné Driss Chahtane, mettant en avant l’importance des mécanismes juridiques pour soutenir et préserver le secteur, tout en renforçant les relations avec les acteurs politiques.

C’est ainsi que l’ANME maintient son engagement à promouvoir et à défendre les intérêts de la presse au Maroc. Les discussions et les décisions prises lors de cette assemblée générale reflètent la détermination du secteur à relever les défis et à bâtir un avenir médiatique robuste et prospère pour le pays.

Le projet néerlandais-marocain « Urban Safar Tanja » est plus qu’une performance. C’est un spectacle itinérant, un voyage théâtral émotionnel
Hind Kharifi fait partie de ces illustratrices marocaines qui s’imposent sur la scène du design et du graphisme avec talent
C’est la gardienne de l’éthique des medias. Latifa Akharbach, ancienne journaliste et ex-diplomate, est à la tête de la Haute
C’est le weekend, rien de mieux que de découvrir la capitale économique sous un angle différent.  Rien de tel pour cela
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4