Système successoral : 82% des Marocains refusent qu’on y touche

Une enquête menée par deux ONG révèle que plus de 80% des Marocains se prononcent pour le maintien du système successoral actuel.

82% des Marocains sont réfractaires à toute modification des règles successorales régissant la répartition de l’héritage. Les résultats de cette enquête, réalisée par l’Association des femmes marocaines pour la recherche et le développement (AFEMARD), et l’Organisation marocaine des droits humains (OMDH avec le soutien de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung, ont été dévoilés mardi dernier lors d’un colloque organisé à l’Université Mohammed V à Rabat.

Dans le cadre de cette enquête menée en 2020, ce sont “1200 Marocain(e)s musulman(e)s, représentant l’opinion publique dans les zones urbaines et rurales” qui ont été interrogés. L’étude intitulée «Que pensent les Marocains et les Marocaines du système successoral marocain ?» a ainsi recueilli et analysé les avis des Marocains sur des règles bien précises relevant de l’héritage, notamment la règle de la double part pour le sexe masculin, la règle du «Taâsib» et la règle de la différence de culte. 82% des personnes interrogées se disent opposées à toute réforme du système successoral. Plus grave encore, ce sont les femmes qui refusent tout changement. Ainsi l’étude montre que 84,5% des femmes, contre 79,8% des hommes, déclarent que l’engagement d’un débat sur l’égalité des sexes n’a pas lieu d’être.

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4