L’amour à l’épreuve du patriarcat

L’amour dans le monde arabe est objet d’histoires, de poésies et de chansons. Mais cet amour fantasmé et idéalisé, s’est vu dépossédé de son essence par le système patriarcal.

Dans son dernier essai passionnant “Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles”, Mona Chollet explore et décortique l’amour hétérosexuel sous le joug du patriarcat. À travers une riche documentation, elle examine ainsi la façon dont nos représentations romantiques sont construites, intériorisant une forme d’infériorité féminine, notamment un dévouement, et produisant des déséquilibres de pouvoir qui peuvent culminer en violences physiques et psychologiques. “Au Maroc, le système patriarcal impacte encore plus les amoureux dans leur quotidien”, interpelle Soufiane Hennani, fondateur de la plateforme “Machi Rojola” créée pour repenser et questionner la masculinité au Maroc. Alors que les femmes sont de plus en plus émancipées, elles hésitent encore aujourd’hui à s’habiller comme elles le veulent puisque leur tenue vestimentaire sera scrutée et jugée à l’extérieur. Si elles sortent le soir, idem. Le tout pour des considérations familiales et sociales. Car “que va-t-on penser ?”.

L’obsédante sexualité

La virginité féminine est encore pour beaucoup de familles notamment issues des milieux populaires, garante d’honneur. Le test de virginité est notamment monnaie courante dans certaines catégories sociales même si des médecins commencent à refuser de la pratiquer, la qualifiant d’humiliante pour les jeunes filles et d’inutile. Pour “restaurer” l’hymen perdu, certaines femmes ont notamment recours à l’hyménoplastie (la reconstruction de l’hymen sans trace visible) “On ne peut plus parler de virginité mais d’hymen, tient à faire remarquer le psychothérapeute Aboubakr Harakat. Car beaucoup de femmes ont des relations sexuelles (sodomie, fellation, préliminaires) avant le mariage“, les relations sexuelles hors mariage demeurant un crime puni de prison en vertu de la loi 490 du Code pénal. “Le Maroc est allergique à l’amour, peste Soufiane Hennani, car ce sujet implique la question des libertés individuelles.”

 “La société patriarcale commence à battre en retraite, estime le psychothérapeute Aboubakr Harakat, avant de préciser qu’il parle du milieu urbain. “Le Maroc est complexe, rappelle-t-il. Il en existe plusieurs, entre le monde rural et celui urbain, entre les classes aisée, modeste et pauvre.“ Pour lui, les médias et les réseaux sociaux commencent à avoir des répercussions sur la société. Même si le mouvement MeToo qui a pris une ampleur internationale en 2017 avec l’affaire Harvey Weinstein, n’a pas eu le retentissement attendu au Maroc, il a engendré quelques hashtag comme #Masaktach (“prenez la parole”) pour dénoncer le harcèlement de rue, les agressions sexuelles et les violences envers les femmes.

(Lire le prochain article)

GROHE présente ses innovations dans une impressionnante installation holistique au prestigieux Palazzo Reale, la résidence Royale historique Milanaise, au cœur
L’exposition Vogue est le fruit d’une collaboration entre la Galerie 38 et la Fondation BMCI. Afin de mettre en lumière
Grohe présente ses innovations dans une impressionnante installation holistique au prestigieux Palazzo Reale, la résidence Royale historique Milanaise, au cœur
« Les Écoles Al Madina » dévoilent leur nouveau plan de développement stratégique : Madina Kids et Madina Schools, sous
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4