Une chanteuse égyptienne écope de 2 ans de prison pour « incitation à la débauche »

La justice égyptienne a condamné mardi 12 décembre la chanteuse Shyma à deux ans de prison ferme pour "incitation à la débauche", après la diffusion de son clip "Andy Zoroof" ("J’ai des problèmes") qui a défrayé la chronique.

Ses excuses n’auront pas suffi. La chanteuse Shyma, âgée de 21 ans, vient d’être condamnée à deux ans de prison ferme par un tribunal du Caire, assortie d’une amende de 10 000 livres égyptiennes, soit 5 340 dirhams, pour « incitation à la débauche » après son apparition dans un clip particulièrement suggestif, a indiqué une source judiciaire. Le réalisateur du clip Mohamed Gamal a écopé de la même peine. La jeune femme se trouve en prison depuis le 18 novembre dernier.
De nombreuses plaintes ont été déposées à son encontre après la diffusion de son clip vidéo « Andy Zoroof  » ( J’ai des problèmes). « La chanteuse Shyma donne une leçon de dépravation aux jeunes », avait dénoncé le journal égyptien Youm7 à la vue des images du clip dans lequel la chanteuse enchaîne les postures jugées « indécentes ». Suite aux déferlements de critiques, Shyma a très vite publié un post sur Facebook pour présenter ses excuses « à tous ceux qui ont été dérangés par le clip et l’ont considéré indécent », et a précisé ne pas « s’être imaginée que tout cela allait arriver » et qu’elle ferait « l’objet d’une attaque aussi virulente de la part de tout le monde ».

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4