Rentrée mytho…

"J'ai vraiment passé de magnifiques vacances ! Je me suis régalée d'amour, de visites et de fruits de mer", m'a confié Pestouillette, la numéro deux de la boîte, que je complimentais sur son bronzage importé des îles grecques.

Elle venait d’atterrir, visiblement encore sous le charme… C’est à ce moment précis que moi, j’ai décollé comme une fusée ! A son inévitable : “Et toi ?”, j’ai surenchéri, presque sans réfléchir : “Moi, c’était les States, la côte ouest. En fait, on a fait un tour en moto jusqu’à San Diego, avec des potes, avant de revenir sur San Francisco” ; le tout, sur le ton nonchalant de la nana qui claque 40.000 balles sans remords, alors que mon banquier vient tout juste de me remonter les bretelles pour un découvert persistant ! Pestouillette en a avalé sa salive de travers… Moi qui ne connais d’autre Grand Canyon que l’oued asséché qui passe derrière mon quartier, j’ai jubilé d’aise. Raconter des bobards à Pestouillette, qui se la ramène tout le temps avec son fiancé, ex-trader à Londres, et ses airs de bourgeoise intercontinentale, avait quelque chose de jouissif. Je devenais cette aventurière souriante et légère, qui avait vu la vallée de la Mort dans les yeux et s’était fait dorer la pilule sur la plage de Santa Monica, telle l’héroïne d’un polar de Chase. Hyper-attentive à appuyer sur les points sensibles, j’ai glissé, au passage, que j’avais rencontré un surfeur au physique de rêve qui m’avait promis de venir passer ses prochaines vacances à Essaouira. Autant dire que son Mourad pâlichon aux muscles inexistants s’est fait derechef balayer par une vague gigantesque ! Devant l’expression ébahie de la demoiselle, je n’ai pu m’empêcher de rajouter que, dans un casino de Las Vegas, j’avais gagné une somme tellement folle, que j’ai offert à tout le monde une nuit mémorable dans un hôtel de Hollywood Boulevard, à Los Angeles ! “Ah Fniouna, me dis-je, tu devrais écrire le roman de ta vie. La vie rêvée de Flifla…”. J’ai étouffé un petit rire naissant, en repensant à mon chat obèse qui m’avait tenu compagnie dans ma chambre tout le mois d’août, à cause de mon entorse plâtrée. Effectivement, le ventilo au plafond qui brassait un air aussi chaud que les 50 degrés de température de la frontière mexicaine, pourrait très bien figurer dans un décor de polar… Avec beaucoup d’imagination, une brasse (en position debout !) dans ma douche d’un mètre sur deux avait des allures de baignade dans le mythique lac Powell. Et le scooter de mon petit frère, garé à l’entrée de mon immeuble, ce serait peut-être la Harley-Davidson empruntée pour vrombir dans le désert du Nevada… Si je n’avais pas été FF, cadrette responsable doublée d’une mère de famille respectable, j’aurais probablement été conteuse sur la place Jemaâ El Fna. Avec un avantage certain sur les autres troubadours puisque moi, je suis diplômée, assermentée en Wikipedia, Google et pipeau numérique. Oubliée ma mauvaise note en géographie au bac ! Oubliées mes vacances minables à menacer Gibrilou, avec ma jambe plâtrée brandie au ciel, qui s’amusait à mordre l’oreille de son petit cousin ! Pestouillette, qui ignorait tout de mes cogitations internes, m’a fait brutalement revenir sur terre avec une question fort pertinente : “Mais pourquoi la côte ouest, spécialement ?” Je n’allais quand même pas lui souffler que l’idée m’est venue à cause de mon mini périple sur la côte ouest du Maroc, plus exactement un trajet forcé Casa-Rabat sur l’idée de ma génitrice, pour aller me changer les idées chez ma grand-mère… Au lieu de cela, j’ai pris mon air le plus addicted pour déclarer avec aplomb que, depuis que le maire de New York a imposé une interdiction de fumer, même à Central Park, ce n’était plus ma tasse de café. Pour une nana qui n’avait jamais obtenu de sa vie le visa pour les States, je ne manquais pas d’air ! Mais l’essentiel, finalement, c’est de finir par croire à ses propres mensonges…

Une robe à manches bouffantes, des ballerines ultra-tendances et des bijoux fins et raffinés… Voyons la vie en rose avec
une composition d'un bel effet pour une salade gourmande.
Huawei a organise sa toute première exposition mondiale HUAWEI XMAGE, intitulée "Un monde chaleureux - 12 ans de photographie Huawei"
L'édition 2024 de "Elu Produit de l'Année Maroc" a consacré 30 produits novateurs, choisis par plus de 3.000 consommateurs au
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4