Remise des diplômes L’Oréal

L'Oréal Maroc vient de récompenser les lauréats ayant bénéficié de la formation professionnelle du programme "L'Oréal Professionnel - Ecoles Partenaires". La remise des diplômes s'est tenue le 23 octobre dernier.

Pour la quatrième année consécutive, L’Oréal Profes-sionnel soutient activement les métiers de la coiffure au Maroc à travers le programme “L’Oréal Pro-fessionnel – Ecoles Partenaires”.Celui-ci a pour but d’élever le ni-veau de compétences techniques et artistiques du secteur, et de valoriser ses différentes professions. Le soutien de L’Oréal se caractérise notamment par une formation complète destinée aux élèves et moniteurs, ainsi que par la mise à disposition d’outils pédago-giques pour les directeurs des écoles de coiffure. Ce programme consiste en un module de formation mensuel. Chaque élève reçoit, dès le début de son cursus, un kit technique conte-nant le matériel nécessaire à son apprentissage. Le projet inclut des stages théoriques et pratiques sur la coloration, le lissage et les soins du cheveu. Les meilleurs élèves se voient attribuer une mention spé-ciale “Coup de Chapeau”, ainsi que des cadeaux qui leur seront utiles pour démarrer leur carrière. Comme à l’accoutumée, le programme s’est achevé par un examen et une cérémo-nie de remise des diplômes, qui s’est déroulée au siège de L’Oréal Maroc. C’est une élève formée par l’école Carles à Fès, Saida Abou El Kassimi, qui a obtenu les meilleures notes avec une moyenne de 19 sur 20. â—†

Trois questions à…Philippe Garnier,directeur éducation de L’Oréal Professionnel Maroc

Comment choisissez-vous les étudiants ?

Philippe Garnier :

On a un partenariat avec une vingtaine d’écoles de coiffure à Rabat, Casablanca, Marrakech, Meknès et Fès. Ce sont des établissements qui ont l’habitude de travailler avec nous et qui proposent ce programme à leurs élèves. Il dure de janvier à août, avec des cours tous les mois. On leur fait ensuite passer un examen en septembre, qui se déroule sur deux épreuves : un test pratique et un questionnaire sous forme de quizz.

Que développez-vous durant cette formation ?

Tous les mois, les élèves se retrouvent chez nous et nous leur enseignons les bases de la coiffure : caractéristiques du cuir che-velu, pour mieux connaître sa peau, la meilleure façon de la traiter, de combattre les pellicules, d’éviter la chute capillaire, etc. Ensuite, on leur apprend les basiques du cheveu, sec ou gras. On les forme éga-lement à la coloration, à la décoloration, au lissage et à la permanente. On termine par les soins et les shampooings, ainsi que toute la gestuelle qui va avec. 

Quels sont les débouchés proposés à ces lauréats ?

Comme on travaille avec les coiffeurs, on a beaucoup de demandes de la part des salons, qui veulent recruter des éléments pour enrichir leurs équipes. Donc, afin de répondre à ces besoins, nous veillons à ce que les nouveaux diplômés, fraîchement sortis de l’école, puissent avoir une ex-pertise leur permettant de mieux servir le client. C’est un plus qu’on amène à la for-mation des écoles spécialisées.

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4