« Mnnek Taybda Attaghyir », la campagne mettant en valeur la masculinité positive

L’association Médias et Cultures a lancé une campagne de sensibilisation sur la toile baptisée « Mnnek Taybda Attaghyir » pour promouvoir les masculinités positives. Une initiative qui se décline jusqu’au 18 juin.

Mettre en avant les masculinités positives, c’est le pari de l’association Médias et Cultures pour faire valoir l’égalité entre les femmes et les hommes à travers sa campagne 2.0 « Mnnek Taybda Attaghyir. » Appuyée par ONU Femmes, l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (Sida) et la Fondation Heinrich-Böll-Stiftung|Rabat – Maroc, cette initiative se traduit par la diffusion quotidienne d’une capsule vidéo évoquant les masculinités positives sous le hashtag «#Mnnek_Taybda_Attaghyir» (Le changement commence avec toi). A l’écran, des hommes et des garçons qui décrivent une situation de masculinités toxiques, soulevant ainsi des questions autour de cinq grandes thématiques : l’éducation et la socialisation, famille et paternité, sexualité et émotions, le corps et la santé reproductive et les violences basées sur le genre. « Comme l’indique le titre de la campagne, cette initiative interpelle les hommes et les garçons à se questionner sur leurs responsabilités à un niveau personnel et interroger cette forme culturellement idéalisée et socialement construite de leurs masculinités avec laquelle ils se définissent et sont définis par la société », explique l’association dans un communiqué. Au total, ce sont 30 vidéos qui seront diffusées sur les réseaux sociaux de Médias et Cultures et de ses partenaires. 

« Aborder l’égalité des sexes exige de travailler sur les rapports de domination masculine et leur reproduction, poursuit l’association dans son communiqué. Si les nombreux travaux ont bien mis en relief l’impact de cette domination et les discriminations qui en résultent chez les femmes et les filles, ces travaux n’ont pas suffisamment abordé cet impact sur les hommes. Il est important de souligner que les hommes peuvent subir ou rejeter la position ou le rôle dominant qui leur sont assignés. » Et de développer :  « Si être un homme constitue une forme de privilège dans les sociétés patriarcales, cela pourrait aussi être considéré comme une contrainte importante. En effet, les attentes sociales, culturelles et communautaires d’une masculinité stéréotypée infligent une pression sur les hommes. C’est donc également à partir de la prise en compte des besoins propres des hommes qu’il sera possible de les inclure dans la lutte pour l’égalité des sexes et de leur permettre de s’affranchir des rôles de domination que la société leur impose ».

Après une édition aux Emirats arabes unis en 2022, la Coupe du monde des clubs, dénommée Mondialito, débute ce soir
La tendance argenté fait un retour remarqué cette saison. Découvrez notre sélection de pièces à shopper pour briller de mille
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4