L’affaire Tariq Ramadan, l’autre affaire qui fait scandale

Depuis les révélations de Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante féministe qui a accusé Tariq Ramadan de "viol et violences volontaires", les événements s’enchaînent : Henda Ayari s’est justifiée sur Facebook, Tariq Ramadan a démenti, et les internautes se déchaînent sur les réseaux sociaux….

C’est la compagne sur le harcèlement (#balancetonporc) qui aurait poussé Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante féministe, à dévoiler le nom de son agresseur : le célèbre Tariq Ramadan, comme elle l’explique dans un long post sur son compte Facebook.
Vendredi 20 octobre, la présidente de l’association Libératrices a donc porté plainte contre l’islamologue pour »viol, violences volontaires, harcèlement, intimidations ». « Pour la première fois depuis cinq ans, j’ai osé parler de ce qui m’était arrivé le soir de ma rencontre avec celui que je considérais depuis mon plus jeune âge comme une icône, un symbole, un guide spirituel et un véritable exemple à suivre pour moi et pour les musulmans ! », précise-t-elle sur son compte Facebook. Et de poursuivre : »Après plusieurs années de doutes et d’hésitation, j’ai décidé d’en parler et j’assume ! La plainte que j’ai eu enfin le courage de déposer contre mon agresseur est la suite logique de cette expérience traumatisante, malgré les menaces et intimidations qu’on m’a fait subir depuis plusieurs années et qu’on continue à me faire endurer de plus belle depuis 48 heures ! ». Car depuis ses révélations, certains internautes se lancent dans une véritable campagne de lynchage public à son encontre.
De son côté, Tariq Ramadan a très vite répliqué et compte, à son tour, porter plainte ce lundi 23 octobre pour dénonciation calomnieuse. Pour Henda Ayari, »peu importe le temps que cela prendra et ce qu’il m’en coûtera, comme elle l’assure sur Facebook  Peu importe qu’on me traîne dans la boue et qu’on salisse ma réputation, j’assume car je suis une victime et seule la vérité doit triompher ! »
L’affaire est désormais entre les mains de la justice…

Mélita Toscan du Plantier, conseillère du Président de la Fondation du FIFM, est l'ambassadrice du FIFM qu'elle a vu naître.
Après « Au pays des merveilles », la productrice, réalisatrice et scénariste Jihane El Bahhar dévoile, en avant-première au Festival
Le Festival International du Film de Marrakech (FIFM) qui a clôturé la 6e édition des Ateliers de l’Atlas (27-30 novembre)
Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa représente Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux travaux du Sommet mondial de
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4