FF un juillet bipolaire

Cet été, il va falloir que je me "défniounise" en deux. Avant le Ramadan, à moi les plages de sable fin de Praia, les maillots échancrés, les soirées jusqu'à pas d'heure et la fête...

Après, par contre, j’ai prévu trois djellabas brodées à col sage et suffisamment larges pour accueillir des rondeurs résultant d’une overdose de chebbakia. Nous serons tous des caméléons en ce mois de juillet et pour ma part, je sais déjà que je vais changer de couleur, en passant au teint blafard le jour J ! Quoique… J’ai une palette de maquillage “spécial jeûne” qui masque tellement la fatigue du visage qu’elle donne vraiment l’air d’avoir pris un copieux petit-déjeuner. Et après, on se sent presque obligée de tirer une langue blanche et pâteuse aux soupçonneux qui supputent qu’on a nos règles tout le mois. Parce que figurez-vous que le bureau, endroit laïc toute l’année, se transforme en tribunal d’inquisition pendant la période du Ramadan. Surtout, ne pas s’amuser à avoir l’air dynamique, gaie et hyper productive au fameux pic hypoglycémique de treize heures ; vous pourriez écoper de regards lourds de sous-entendus… Il s’agit de traîner la patte et d’être en retard dans ses dossiers, pour être en harmonie avec la douleur des estomacs criant famine. L’année dernière, par exemple, j’ai bien surpris Adib, le directeur financier, en train de s’en griller une, discrètement, derrière la porte des toilettes ; mais quand il est revenu, l’air épuisé, s’installer derrière son bureau, j’ai pensé avoir eu une vision. Il a même poussé l’exercice jusqu’à hausser le ton avec un fournisseur et je l’ai trouvé excellent dans sa prestation de drogué en sevrage de nicotine. Molière trouverait assurément tous les personnages ici, pour sa fameuse Comédie humaine ! Comme Riri la fofolle, qui passe le reste de l’année à allumer les mecs de l’étage avant de se transformer en dame patronnesse, donneuse de leçons, pendant le mois sacré. Elle m’avait formellement conseillé de faire la grève de la brosse à dents à partir du shour, pour éviter d’avaler un microgramme de dentifrice ! Résultat : j’ai souvent omis de lui faire la bise, pour me prémunir de son haleine putride. Enfin… je suis déjà contente, du fait de mon statut de solo divorcée, d’échapper au calvaire du Touti (le jeu de cartes) ponctuant les interminables banquets chez la belle-famille ! Je regarde mon agenda : plus que douze heures pour m’envoler pour Praia… Pour ce voyage organisé, ma copine de l’agence m’a promis que de beaux étalons célibataires seraient de la partie. Et j’ai une tante très cool, et religieusement au poil, qui m’a même gratifiée d’une fatwa improvisée : c’est halal de draguer pendant le mois de Chaâbane, à condition que le but visé soit noble ; c’est-à-dire, la perspective du mariage. Euh… toujours traumatisée par la rupture avec mon ex, je crois que je vais m’arranger un peu avec la fatwa… En plus, ça m’étonnerait que je trouve une victime consentante qui veuille convoler en justes noces entre deux séances de bronzette ! Mais pour faire perdurer la future histoire d’amour après mon retour, mes “fliflesques” neurones ont accouché d’une idée géniale : pourquoi ne pas convertir le monsieur aux chastes baisers après le maghreb (heure locale, à redéfinir avec le décalage horaire) ? Ou comment s’assurer une bonne transition ramadanesque sur le plan amoureux… Allez, j’arrête de faire des plans sur le croissant lunaire. Direction l’aéroport où m’attend mon groupe de vacanciers ! Patatras… Je deviens blême devant le comptoir d’enregistrement: au milieu de cinq familles avec mioches, un vieux beau chauve et une copie très ratée de Brad Pitt attendent patiemment dans la file. C’est ça, les étalons ? Je crois bien que je vais jeûner avant l’heure… sur les câlins !

Reconstruite après le séisme d’Al Haouz par les jeunes de l’Interact Club Massignon, l’école Tassa Ouirgane a été réouverte le
Des parfums intenses au sillage captivant, c'est ce que propose Swiss Arabian à travers 5 nouveaux opus. Voyage olfactif inoubliable garanti.
Art First Galerie organise l’exposition « SEEDS & VEGETAL » de l’artiste peintre Lamia Miriam Skiredj, en partenariat
L’écrivain Zineb Mekouar présente son livre “Souviens-toi des abeilles”. Paru le 02 mai 2024, son roman finement documenté interpelle autant
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4