Carla et Daniel Crazy show

Cette année, les danseurs ont ébloui le public de Caftan. Avec des chorégraphies exceptionnelles autour des femmes de légende, ils ont livré un spectacle d'une grande qualité. Rencontre avec deux artistes au charme fou, Carla et Daniel.

FDM Comment avez-vous été sélectionnée pour participer à Caftan ?

Carla : J’ai déjà assisté au défilé Caftan en 2009 et 2010. J’étais venue par l’intermédiaire de Kamel Ouali, mais c’était en tant que mannequin. Cette année par contre, c’est la première fois que je participe au spectacle en qualité de danseuse. C’est la chorégraphe et metteuse en scène Malika Zaïdi qui a fait appel à moi. J’ai beaucoup travaillé avec elle, que ce soit en France ou à l’étranger, à travers l’Agence Parisienne International Spectacle. Et c’est tout naturellement que j’ai accepté cette proposition. La représentation de la femme est quelque chose qui me tient particulièrement à coeur Je suis à fond pour le “girl power” et vous me voyez ravie d’être là, à ce défilé magnifique pour la troisième fois.

Mais en tant que danseuse…

Effectivement, j’y participe cette année en tant que danseuse et je n’aurai donc pas l’honneur de porter des caftans. Mais comme la danse reste ma passion première, je suis tout aussi contente de faire le show. Je suis d’ailleurs danseuse de formation. J’ai fait mes premiers pas en tant que telle dans une école lyonnaise : le “Ballet Etude”. A 15 ans, je suis montée à Paris pour suivre une formation à l’Académie Internationale de la Danse. J’ai ensuite enchaîné les projets et j’ai fait partie, entre autres, de la troupe de la comédie musicale “Cléopâtre – La dernière reine d’Egypte”, ou encore de celle de “La tournée des années 90”. Je fais du mannequinat en parallèle parce que j’ai la chance d’être grande. C’est vrai que j’associe les deux de temps en temps, mais si j’avais à choisir, ce serait la danse !

Que pensez-vous des thématiques des chorégraphies ?

La thématique centrale, qui est celle des femmes de légende, m’interpelle beaucoup. Je pense qu’effectivement, la femme a depuis toujours joué un rôle très important. Je suis particulièrement contente de pouvoir en représenter une partie, et fière d’avoir l’opportunité de rendre hommage aux femmes qui ont marqué l’Histoire.

Quel est le tableau qui vous a le plus marquée ?

C’est incontestablement celui consacré au personnage d’al-Kahina, la reine berbère, qui m’a le plus touchée. Ayant moi-même des racines africaines – je suis franco-guadeloupéenne – je ne vous cache pas que ce côté guerrière me parle beaucoup. De plus, la chorégraphie est au sol, ce qui nous permet de transmettre énormément d’énergie. Et puis, de part mes origines, je me sens plus proche d’une Kahina que d’une Marie-Antoinette.

Parlez-nous des chorégraphies. Avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

Nous avons répété pendant deux semaines à Paris. Techniquement, il n’y a pas eu de difficulté particulière. Maintenant, il va falloir interpréter chaque chorégraphie pour que l’émotion soit communiquée au public et que la magie opère.

Vous partagez la scène avec d’autres danseurs. Quelle est l’ambiance qui règne en backstage ?

Il y a une très bonne ambiance. On ne fait certes pas partie d’une même compagnie, puisqu’on est tous des danseurs free-lance, mais on se connaît bien. Le monde de la danse à Paris est assez restreint et on se retrouve souvent sur plusieurs projets. On est de diverses origines aussi : il y a un danseur italien, un Américain et des Marocaines aussi. Ça apporte une grande richesse. On est une belle équipe pleine de couleurs et de vie !

Que pensez-vous de l’événement Caftan ?

Déjà, je tire mon chapeau à l’équipe organisatrice parce que tout se passe dans les meilleures conditions. J’ai en effet l’habitude de participer à des défilés et généralement, il y a énormément d’attente et de complications. Là, nous avons eu la scène rapidement et il n’y a pas eu de retard. Après, au niveau du prestige, il est habituellement très agréable de porter ces tenues marocaines emblématiques qui sont magnifiques. Danser dans un tel événement est tout aussi plaisant.

Quels sont vos projets ?

Mon prochain projet est en collaboration avec le créateur et couturier Thierry Mugler, qui se lance dans le music-hall en proposant un spectacle intitulé les “Mugler Folies” et qui sera joué au Théâtre Comedia à Paris. J’y participerai en tant que chanteuse et danseuse. Ça va être un spectacle magnifique, avec de beaux costumes, et j’ai hâte que ça commence ! En parallèle, comme je continue le chant, j’ai plusieurs opportunités pour partir sur un album. Je prospecte donc sérieusement…

La Coupe du Trône de Golf revient douze ans plus tard au Royal Golf Dar Es Salam pour une édition
Membre de l’Académie du Royaume du Maroc, essayiste, médecin biologiste et féministe, Asma Lamrabet, autrice notamment d’“Islam et femmes”
Artiste de bande dessinée, d'illustration et d'animation, Inès Balegh a participé à la dernière résidence Khaliya, à l'initiative du Conseil
Un nouveau salon de thé fait sa grande rentrée à Marrakech, au sein du Musée d'Art Culinaire Marocain, un lieu
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4