Alber Elbaz quitte Lanvin

Après le départ de Raf Simons de la Maison Dior, on annonce cette fois-ci celui de Albert Elbaz de Lanvin après une belle histoire de 14 ans.


« La maison Lanvin et Alber Elbaz ont mis fin à leur collaboration après 14 ans », a indiqué un porte-parole de la société sans plus de précisions sur la date effective de ce départ.

Il intervient quelques jours seulement après celui de Raf Simons de chez Dior qui a annoncé le 22 octobre que cet autre créateur emblématique ne « renouvellera pas son contrat » après trois ans et demi de collaboration.

Le couturier, célèbre pour ses drapés, son sens de la coupe et ses accessoires enrubannés, a quitté la maison pour divergences stratégiques avec la propriétaire de la marque, la milliardaire taïwanaise Shaw-Lan Wang, ont déclaré à Reuters des sources financières et industrielles.

Les tensions, grandissantes, concernaient notamment les investissements et le développement de la marque.
Shaw-Lan Wang contrôle aujourd’hui plus de 60% du capital de Lanvin, le solde étant détenu par l’entrepreneur suisse Ralph Bertel (25%) ainsi que par Alber Elbaz, à hauteur de plus de 10%.
Lanvin, la plus ancienne maison de couture française en activité, fondée par Jeanne Lanvin en 1889 et qui a donc fêté l’année dernière ses 125 ans, a fait l’objet d’une rétrospective au Palais Galliera à Paris qui s’est achevée en août.

La milliardaire taïwanaise a rejeté deux offres informelles, l’une de plus de 400 millions émanant de Mayhoola, propriétaire qatari de la marque française Valentino, et l’autre de moins de 400 millions provenant de Kering, qui possède Gucci, a-t-on également appris de sources proches du dossier.Alber Elbaz, 54 ans, fait lui-même l’objet depuis le 9 septembre (et jusqu’au 31 octobre) d’une exposition à la Maison européenne de la photographie.

Il avait succédé en 2001 chez Lanvin à l’Espagnole Cristina Ortiz. C’est au cours de cette même année que le géant des cosmétiques L’Oréal avait cédé la griffe à un groupe d’investisseurs avec à leur tête la femme d’affaires chinoise Shaw-Lan Wang.

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4