Abdelkébir Rabi’ expose «Etats d’ombre»

Artiste de plus d’une soixantaine d’années de carrière, présent dans plusieurs collections à l’échelle nationale et internationale, Abdelkébir Rabi’ est accueilli pour une première exposition individuelle à Marrakech par la Khalid Fine Arts Gallery du 29 décembre 2023 au 2 février 2024.
Intitulé États d’ombre, cette exposition montre les deux volets de la démarche créatrice d’Abdelkébir Rabi’ qui évolue sans cesse entre abstraction et figuration. C’est ainsi que son ami, Mohamed Rachdi, commissaire et critique d’art, le présente dans un texte qui préface le catalogue de cette exposition événement dans la ville ocre : « Par-delà le clivage figuration/abstraction, l’activité créatrice d’Abdelkébir Rabi’ ne serait-elle peut-être au fond qu’une quête impossible au sein d’un cheminement labyrinthique, tout à la fois artistique et symbolique.

D’un cheminement initiatique porté par la mystique et tendu, d’une part, vers l’insaisissable mémoire du jardin d’autrefois et d’autre part, vers l’insoutenable lumière. Une lumière, d’abord, inséparable de son contraire, l’ombre, qui irradie et donne forme à toute chose de la vie. Une lumière, ensuite, de la foi en la puissance, sublime et absolue, agissante en toute parcelle de l’existence. Celle de la puissance originelle qui ne se révèle en son absolue beauté et en sa noble majesté, que seulement à qui s’évertue à l’accueillir. »

Cette exposition propose des œuvres récentes de l’artiste, aussi bien abstraites que figuratives, qui s’inscrivent pleinement dans son habituel univers créatif caractérisé par le noir et le blanc et où scintillent de manière parcimonieuse une touche de couleur vive, jaune, rouge ou bleue.

Face à ces deux ensembles d’œuvres, le spectateur peut, a priori, voir deux expressions diamétralement opposées. Mohamed Rachdi nous alerte en expliquant qu’il n’en est rien et qu’en réalité pour Abdelkébir Rabi’ « … c’est foncièrement un continuum créatif qui s’énonce sous deux aspects qui peuvent, certes, apparaître comme différents, alors qu’au fond il s’agit toujours de la même chose. » C’est ce que d’ailleurs l’artiste, lui-même, affirme : « Les deux démarches, malgré leur dissemblance apparente, ne peuvent être que les deux faces de la même médaille. ».

Jalil Elghrib, directeur de Khalid Fine Arts Gallery, précise que cette exposition sera rythmée de rencontre débats réunissant des artistes, des penseurs de l’art et des écrivains pour réfléchir sur le fait artistique à part des questions portant sur le dessin et la peinture et sur l’acte créateur dans son acception élargi à l’intervention dans l’espace naturel.

Plongée dans l'univers amoureux d’une génération qui tranche avec les précédentes, capable de s’affranchir des diktats sociétaux hérités et d’inventer
Entre des traditions bien établies et des aspirations contemporaines, l'amour au Maroc s'entrelace au sein de valeurs culturelles profondes et
Au Maroc, l’amour est pudique. Il ne se crie pas sur les toits, il ne se vit pas au su
L’amour est un sentiment universellement accepté, qui a suscité, à travers les temps et les civilisations, passions, guerres, alliances, unions…
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4