Plongée en backstage

Ondulations souples, coiffures sobres et élégantes ont donné aux looks des mannequins du défilé Caftan une aura de sophistication et de glamour.

Les coiffures ont été conçues pour mettre en valeur les créations des designers tout en ajoutant une dimension supplémentaire aux looks présentés sur le podium. Chaque coiffure est soigneusement choisie pour compléter et accentuer les tenues, créant une harmonie parfaite entre mode et beauté. Exit les extravagances, cette année Salah Halouli a opté pour la simplicité et la sobriété. 

 

Questions à Salah Halouli, Coiffeur visagiste

Parlez-nous un peu de votre parcours…

J’ai débuté la coiffure à l’âge de 14 ans, et j’ai travaillé dans différents salons à Casablanca avant d’aller à l’étranger pour faire des formations. Tout au long de ma carrière, j’ai gagné plusieurs prix en coiffure au Maroc. Durant mon parcours, j’ai eu l’opportunité de coiffer différentes célébrités au festival du film de Marrakech et j’ai eu aussi l’occasion de travailler sur beaucoup de clips avec des stars marocaines comme Asmaa Lamnawar. Aujourd’hui il s’agit de ma cinquième participation au défilé Caftan.

Comment avez-vous imaginé les coiffures des mannequins ?

J’ai été inspiré par le caftan marocain évidemment. Cette année, nous avons misé sur la sobriété, il n’y avait pas d’artifices pour les coiffures. Nous avons joué sur la technicité et les finitions. Ainsi les mannequins ont arboré sur le podium des brushing simples, wave ou encore des coiffures un peu plus texturées avec des demi-queues.

Un mot sur le grand retour de Caftan…

Je suis toujours impressionné par le professionnalisme de l’événement et très

fier de pouvoir y participer aux côtés de mon équipe.. . Il s’agit pour moi d’un gage de confiance de la part du magazine Femmes du Maroc.

Membre de l’Académie du Royaume du Maroc, essayiste, médecin biologiste et féministe, Asma Lamrabet, autrice notamment d’“Islam et femmes”
Artiste de bande dessinée, d'illustration et d'animation, Inès Balegh a participé à la dernière résidence Khaliya, à l'initiative du Conseil
Un nouveau salon de thé fait sa grande rentrée à Marrakech, au sein du Musée d'Art Culinaire Marocain, un lieu
À 23 ans, Majdouline El Allaoui, athlète talentueuse, est prête à représenter fièrement son pays en tant que seule rameuse
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4