SIDA : L’ALCS (Maroc) alerte sur la baisse des aides des pays donateurs

Depuis la conférence internationale de l’AIDS Society organisée à Paris du 23 au 26 juillet, des responsables d’associations de lutte contre le Sida dont l’ALCS (Maroc), ont lancé un cri d’alerte. Pour eux, les programmes mis en place pour combattre le VIH risquent d’échouer à cause du manque de financement.

« La baisse des financements des Etats bailleurs est extrêmement préoccupante », interpelle d’emblée Sharonann Lynch, MSF HIV Policy Advisor. Les enveloppes du Fonds mondial ne cessent de baisser. Les financements des États bailleurs de la lutte mondiale contre le VIH ont chuté de 7% en 2016, atteignant leur plus bas niveau depuis 2010, comme le souligne dans un communiqué la Coalition PLUS qui regroupe plus de 60 associations de lutte contre le sida comme l’ALCS au Maroc. En 2017, rebelote. En effet, pour la deuxième année consécutive, les principaux États bailleurs ont réduit leurs dépenses pour l’accès aux traitements antirétroviraux et à la prévention. Résultat : « Le manque de financements pousse le Fonds mondial à abandonner certains pays, pointe du doigt Morgane Ahmar, chargée de plaidoyer à l’ALCS (Maroc) et à la Coalition PLUS. Il faut savoir que, quand le Fonds mondial a exclu la Roumanie de son champ d’action en 2010, le financement pour les actions de prévention communautaire a pratiquement disparu, et le nombre de nouvelles infections est remonté en flèche. Allons-nous connaître des désastres similaires dans un nombre grandissant de pays ? »

Au Maroc, le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme accordé en 2003 à l’Association de lutte contre le Sida (ALCS), lui a permis de recruter des salariés, de programmer des actions à moyen terme, de généraliser l’accès aux traitements, ou encore d’acquérir la première unité mobile de dépistage, énumère l’association sur son site Internet, rappelant aussi que les pandémies ne connaissent aucune frontière.

Le Festival de Cannes a accueilli en grande pompe la première projection du film tant attendu « Everybody Loves Touda
Le Courtyard By Marriott Casablanca Downtown ouvre mardi 21 mai au cœur de la ville économique.
Dans un monde inondé de contes de fées et de films romantiques, le mythe du Prince Charmant persiste. Remettre cette
La première édition du Festival “ComediaBlanca”, premier Festival International du Rire de Casablanca, s'est achevée samedi soir à la Cathédrale
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4