Junior,Ado,Bébé

Mon garçon de 6 ans fait des bruits désagréables avec sa bouche, ce qui incommode sa fratrie. Il fait également l'objet de moqueries de la part de ses camarades. J'ai l'impression qu'il ne peut pas s'en empêcher. Que cache ce tic ? Comment le gérer ?

Junior

Mon garçon de 6 ans fait des bruits désagréables avec sa bouche,ce qui incommode sa fratrie. Il fait également l’objet de moqueriesde la part de ses camarades. J’ai l’impression qu’il ne peut pas s’enempêcher. Que cache ce tic ? Comment le gérer ?

Un tic est une manifestation – un mouvementou un son – quasi involontaire qui traduitune réponse à une envie impossible àréprimer. Il peut être simple (clignementrépétitif des yeux, par exemple), ou composéd’une série de gestes ou de sons, demots ou encore d’actions. Les enfantsqui ont des tics arrivent avec effort à lescontrôler en temps normal, mais en périodede gros stress ou d’émotion forte, latâche s’avère beaucoup plus compliquée.La meilleure façon de gérer les tics est deles ignorer complètement. Faire prendreconscience à un enfant que son comportementest préoccupant risque d’augmenterson niveau d’anxiété, ce qui aggraverait lessymptômes. La plupart des tics ne durentque quelques semaines. Certains peuventdurer plusieurs mois, mais rarement plusde deux années. Sauf lorsqu’il s’agit dusyndrome de Gilles de la Tourette, peufréquent, qui semble toucher davantageles garçons, et dont les manifestationscommencent en généralau niveau de latête et du cou. Lesenfants souffrant duSGT peuvent avoird’autres difficultés :déficit de l’attentionavec hyperactivité, ouencore tocs compulsifs.Le diagnostic estgénéralement posé parle pédiatre assisté d’unneurologue. Il n’existepas de tests sanguins niradiographies pour poserle diagnostic du SGT.Dans tous les cas, il est inutilede sermonner l’enfant, de lui demanderde mettre fin à ses tics puisqu’ilne le fait pas volontairement. Dans lamajorité des cas, tout finit par rentrerdans l’ordre naturellement.

Bébé

Mon époux ne semble pas à l’aise avec notre bébé de 3 mois. Ne sachant pasvraiment comment se comporter, il finit par prendre ses distances. Je souffrede cette situation, et je me demande si notre enfant ressent tout cela…

Nombreux sont les pères qui sont maladroitsavec les tout petits. Certains ontpeur de leur faire mal, d’autres se sententincompétents, impuissants devant lespleurs du bébé… Ils craignent d’être jugésnégativement par l’entourage. Il y a aussiceux qui se sentent en compétition avecce nouveau venu, qui accapare l’attentionde leur partenaire. Et pour ces raisons,entre autres, ces papas s’occupent peu oupas du nourisson, demeurent donc malhabilesà décoder les gestes et comportementsde ce dernier et le cercle vicieuxse referme ainsi ! Comment le briser ?D’abord, il faut comprendre pourquoi cepapa évite les contacts avec son enfant.Il se peut qu’il ne s’en rende même pascompte ! Or, cette prise de conscienceest nécessaire. Elle passe par l’échange.Il faut oser formuler des hypothèses etquestionner le père : “Tu trouves que jem’occupe trop du petit ?” ; “Tu as peur de leblesser ?” ; “Tu crains d’être jugé ?”… Beaucoupde mamans tombent dans le piègede la (sur)compensation en mettant lesbouchées doubles pour palier l’éloignementdu père. La conquête de la paritépasse aussi par l’égalité du temps allouéau nouveau né. Tous les papas sont aptes àdévelopper les compétences nécessairespour s’occuper du bébé, au même titreque les mamans. C’est par l’expérienceque s’acquière l’assurance.

Ado

Mon ado de 19 ans se montre souventinsolent. Il devient même parfoisincontrôlable et son père et moi noussentons complètement impuissants.Comment lui faire entendre raison ?

Il n’est jamais trop tard pour améliorerla qualité de sa relation à autrui et, à plusforte raison, à ses propres enfants. D’abordil faut exprimer de façon adéquate son désaccordsans s’emporter. Les parents doiventexpliquer calmement que tout manquede respect aura des conséquences. L’idéeest d’amener l’ado à prendre consciencede la gravité de son insolence : il a blesséquelqu’un. Il est également primordial derester ferme en cas de punition, pour ne pasperdre en crédibilité. C’est là que la persévérancedes parents est requise. On nediscute pas, on ignore les gesticulations etautres comportements de l’ado qu’on jugeirrecevables. Là aussi, vigilance ! On ignorele comportement, pas l’ado. Si le jeunes’amende, on renoue un contact agréable ;s’il persiste dans l’insolence, on maintientle cap et la correction infligée.Nos remerciements à Batoul El Harti, psychiatre.

C’est le rendez-vous de l’élite du golf féminin. Organisée du 06 au 11 février 2023, la Coupe Lalla Meryem, qui
Pour atteindre l’égalité femme-homme, il est crucial, fondamental, indispensable de repenser les masculinités. Soufiane Hennani, nous livre son point de
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4