Jamel Debbouz,ou le rire pour arme de séduction massive

Pour la 16ème édition des "Mazagan Nights", le Mazagan Beach & Golf Resort nous a fait le plaisir... que dis-je, l'immense honneur d'inviter Jamel Debbouze à se produire sur sa scène. "Tout sur Jamel", c'est le titre de son one-man-show, mais on a quand même cherché à en savoir davantage...

Tu dis souvent que l’endroit oùtu te sens le mieux est ton salon.Raconte-nous un peu la journée type deJamel Debbouze…Jamel Debbouze : Il est vrai que la paternitéa changé ma vie. C’est un moteurextraordinaire ! J’ai désormais tendance àquitter mon domicile plus tard, pour rentrerbeaucoup plus tôt. Donc ma journéetype est très simple : je me réveille vers 8heures, j’enfile un jogging et des baskets,j’emmène mon fils à l’école avec ma femmeet généralement, on va faire un petit footing.De retour à la maison, vers 9h15, onretrouve notre fille, qui se réveille toutdoucement. On en profite pour prendre lepetit-déjeuner, dehors ou à la maison, allerse promener tous les trois… On rentre vers12h30, Lila mange, elle fait une petite siesteet enfin, je peux vaquer à mes occupations.Mais jamais avant cette heure-ci. Mélissa etmoi veillons à être très présents pour les enfants.Ma femme est une vraie mère poule, etlorsque je suis à la maison en famille, je suis le plus heureux des hommes. Une sorte deCharles Ingalls 2.0, si tu préfères !

Franchement, c’est pas criminel d’êtreaussi belle que ta femme ? Moi je pensequ’elle devrait payer une amendejournalière pour ça…Oui, c’est vrai que c’est criminel, pour monplus grand bonheur ! En revanche, si elle devaitpayer une amende, ce serait pour son intelligence.Mais j’avoue, tous les matins, je laregarde et je me dis : “Franchement, bsahtek !”

Même le matin au réveil, c’est pashumain ! Elle est même pas un peu“menfoukha” ?

Bon, elle a légèrement les yeux gonflés, maisquelle que soit l’heure, on dirait qu’elle sortd’un épisode de “Desperate Housewives”. Lematin, quand je me tourne vers elle, je me dis :“Pourquoi elle ? Pourquoi elle a cette tête ?” Qu’estceque tu veux ? Y’a des gens comme ça, rabbibghahom. Mais une fois de plus, ce que je trouvespectaculaire chez elle, c’est son cerveau.

Dernièrement, dans la presse people,on a pu lire que votre couple battait del’aile. Je ne cherche pas à savoir si c’estvrai, mais plutôt si ça t’affecte…

Je n’en ai strictement rien à faire, on atellement dit tout et son contraire à monsujet ! J’ai entendu des choses tellementabsurdes, que ça ne me touche pas lemoins du monde. Maintenant, ce qui medérange, c’est de voir le journalisme s’appauvrir,que ce soit au niveau de la presseécrite ou du paysage audiovisuel français,qui s’enrichit de nouvelles têtes mais qui,qualitativement, a baissé d’un cran. Aprèstout, vous ne pouvez rien y faire, vous, lesjournalistes. Ce sont toutes ces nouvellestechnologies, smartphones et compagniequi vous ont causé du tort. Aujourd’hui,n’importe qui s’improvise journaliste.Tout le monde balance n’importe quoi,et personne ne recoupe les informations.Ce qui compte, désormais, c’est de fairevendre avec quelque chose de spectaculaireou de flippant. Y’a plus d’éthique !

C’est probablement la rançon de lagloire. D’ailleurs, avec la carrière que tuas embrassée, le succès rencontré surscène, au cinéma, après avoir épouséla plus belle femme du monde, eu deuxbeaux enfants, gagné des millions…t’as encore des complexes ?

Khamssa fi 3aynek ! Des complexes, j’en ai unmilliards six cent mille ! T’as le temps, là ?Déjà, j’aurais aimé faire deux mètres… allez,un mètres quatre-vingts. Plus sérieusement,j’avais tous les complexes de la terre : petit,arabe, handicapé… le package intégral ! Maisau final, aujourd’hui, une fois de plus, je mefiche de ce que pensent les gens. En gros, situ veux passer du temps à rire, marhaba, maissi tu préfères juger, tu vas perdre du temps àne pas rire. C’est ton problème, pas le mien !Quand j’étais encore inconnu au bataillon etque j’entrais dans une pièce, on se disait toutautre chose que ce qu’on se dit à présent. Pourtant,moi, je n’ai pas changé. Je suis resté auplus proche de moi-même et mes complexessont tombés les uns après les autres. Et quandma femme et mes enfants me regardent, je mesens l’homme le plus beau, le plus grand et leplus intelligent du monde. L’amour des siensdonne une force incroyable.

Tu nous offres une petite exclu pour leMarrakech du Rire ?

C’est toujours délicat de répondre à cettequestion à ce stade de la “compétition”,parce qu’il est encore relativement tôt. Certainsartistes ont confirmé leur présence,d’autres sont en attente… Y’a aussi des surprisesque j’aimerais garder pour moi. Maisje peux d’ores et déjà t’annoncer que cetteannée, la programmation sera une fois deplus exceptionnelle. A priori, Kad Meradsera là, et Dany Boon et Johnny Hallydaysont fortement pressentis.

Visiblement, une fois encore, la paritén’est pas vraiment respectée. Pourquoiinvites-tu si peu de femmes à venir seproduire pendant le festival ?

C’est la pénurie en France ! On cherche desfilles confirmées, et c’est très difficile. Au Marocaussi, il n’y en a pas tant que ça. Je penseque les femmes n’osent pas être l’égale deshommes. Quand elles montent sur scène,elles se sentent obligées d’en faire cent foisplus que les autres. En plus, elles tournentbeaucoup autour des mêmes sujets : le célibatà trente ans passés, la déprime… maisc’est pas ça la vie ! En gros, soit elles ne sontpas assez nombreuses, soit elles abordent lesmêmes sujets, soit elles ne sont pas drôles !Sincèrement, nous n’avons pas l’embarras duchoix. Ce n’est pas une décision “machiste”,c’est le “marché” qui veut ça. â—†

L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4