Bébé, junior, ado

 

bébé

 

Mon bébé de 2 ans joue allègrement avec son pénis, peu importe le lieu et le moment. Comment réagir ?

 

Il est difficile de rester impassible quand on voit son enfant se masturber, surtout en présence d’autrui. Il est légitime, en tant que parent, de ressentir de la gêne, de ne pas savoir quel comportement adopter et de se demander si cette manifestation est bien normale ou s’il ne risque pas de se blesser. Les parents doivent être rassurés sur le fait que la masturbation est normale chez le bébé. En effet, dès leur naissance, les tout-petits éprouvent la sensibilité particulière de leurs parties génitales. Il est même établi que les bébés garçons ont régulièrement des érections. Quant aux petites filles, elles ressentent une excitation du clitoris parfois accompagnée d’une lubrification du vagin. A partir de 6 mois, les bébés découvrent qu’ils ont un sexe et ils le touchent, surtout les petits garçons qui peuvent l’attraper facilement. Vers 2 ans, au moment où ils commencent à s’intéresser à leurs excréments, on voit les garçons jouer à stimuler leur pénis et les petites filles s’aperçoivent que frotter leur sexe contre le matelas et presser très fort les jambes l’une contre l’autre procure une sensation particulière. Il faut rester neutre, s’abstenir de faire quoi que ce soit pour gêner ou encourager ces pratiques. Vers 3 ans, de lui-même, l’enfant ressentira de la timidité, manifestera un désir d’intimité que les parents devront respecter, sans condamner la masturbation. L’enfant comprendra alors, tout naturellement , que la masturbation est une affaire privée à laquelle on ne se livre pas en public…

Nos remerciements à Samira Benjelloun,pédiatre

 

Ado

 

Mon ado de 12 ans a du mal avec les rédactions. Il est toujours sous noté. Et pourtant, je trouve ses rédactions intéressantes. Faut-il faire des réclamations auprès de la direction ?

 

Les parents ont le droit de trouver les rédactions de leurs enfants intéressantes. Les enseignants ont le devoir de corriger et de noter selon des grilles bien établies. Il ne suffit donc pas que la rédaction vous intéresse ou vous fasse sourire. Pour qu’elle soit réussie, selon les critères en rigueur, il faut respecter les points suivants : le devoir rendu doit respecter les consignes et le sujet ; il faut que l’histoire soit cohérente et puisse être comprise par une personne qui la lit pour la première fois ; que le récit ne soit ni trop banal ni bourré de clichés ; il faut que les phrases soient correctement construites ; que la grammaire et la conjugaison soient soignées ; que les règles de ponctuation et d’orthographe soient respectées.

Réclamer auprès de la direction est une démarche souvent stérile qui peut devenir contreproductive si l’enfant prend en grippe son professeur ou l’institution. En revanche, après avoir savouré à titre de maman ou de papa la lecture de la rédaction de votre enfant, pour l’aider à améliorer ses notes, il faut procéder à la vérification systématique des six points cités ci-dessus. Progressivement votre enfant acquerra le réflexe et saura le faire seul.

Nos remerciements à Naima Belmahi, professeur de français.

 

Junior

 

En cette fin d’année scolaire, mon fils de 9ans ne comprend toujours pas ses erreurs. Il a du mal à progresser et se démoralise… Pourtant, je surveille constamment ses devoirs. Que faire ?

 

Pour aider un élève à réussir, il est nécessaire qu’il comprenne pourquoi il a réussi ou échoué.

Pourquoi il n’a pas su bien répondre. Effectivement, rien ne vaut les enseignements que l’élève peut tirer de ses erreurs et de ses oublis. Les devoirs, les contrôles sont toujours commentés, peu ou prou, par les enseignants. Il faut se baser sur ces commentaires pour rectifier le tir. Ces commentaires ont un objectif : aider l’enfant à juger son travail et à évaluer ses erreurs. Ce n’est pas toujours évident pour un enfant de 9 ans. C’est pourtant la seule façon de tenter de tordre le cou aux erreurs, sinon l’enfant les reproduira. Comme le dit si bien, Sylviane Gasquet, didacticienne : “Les erreurs, on tombe dedans justement parce qu’elles sont tentantes !” Chaque fois que l’enfant récolte une mauvaise note, il est du devoir des parents de prendre le temps, non pas de gronder l’enfant, mais de voir avec lui pourquoi il a commis telle ou telle erreur. En y réfléchissant ensemble, les parents aident l’enfant à ne plus tomber dans les pièges et donc à progresser.

Nos remerciements à Naima Idrissi, directrice d’école.

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4