Allaitement maternel

S'il est des pays comme la Suède et la Norvège où l'allaitement a été intégré aux combats féministes, c'est qu'il y a une raison à cela ! Tous les scientifiques et spécialistes de la petite enfance s'accordent actuellement à porter au pinacle l'allaitement maternel.

D’abord, parce qu’il s’agit d’un contributeur essentiel à la mise en route de la relation mère-enfant, faite de peau, d’odeurs, de chaleur, douceur et  d’intimité mêlés… Ensuite, parce qu’il ne se passe pas un jour sans qu’on lui découvre des
bienfaits supplémentaires ! Le lait maternel, en comparaison au lait de vache, est beaucoup plus avantageux en termes de maturation de l’organisme, de croissance du nourrisson,  et s’avère très concentré en facteurs immunologiques. Ainsi, plus l’allaitement dure, et plus les effets positifs sur la santé de  l’enfant sont importants. On peut noter une protection renforcée contre l’allergie, les infections, et un meilleur développement cognitif dans le temps.
Vu sous un autre angle, l’allaitement est un plus pour la santé… des femmes aussi ! En effet, la tétée précoce et les contractions utérines qu’elle provoque diminuent les risques d’hémorragie et aident l’utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité. Des études ont démontré également que l’allaitement protègerait contre les cancers du sein et de l’ovaire ; augmenterait la densité osseuse, exposant moins au risque d’ostéoporose après la ménopause ; et jouerait un rôle préventif dans l’apparition du diabète de type 2 et des infections urinaires. En outre, pour les coquettes, la période d’allaitement serait idéale pour perdre un peu des graisses accumulées au cours de la grossesse… Alors, convaincues ?

En pratique, ce qu’il faut retenir

–  La mise au sein du nouveau-né doit être précoce, dès les premières heures, car la tétée favorise la montée laiteuse et active le processus de lactation. De plus, le colostrum, liquide jaunâtre sécrété par les seins les premiers jours, est très riche en immunoglobulines.
–  On allaite à la demande et au début, il faut compter sept à dix tétées par jour, dont deux dans le courant de la nuit.
–  Après une césarienne, il est fréquent que la montée de lait se fasse plus tardivement, compte tenu de l’affaiblissement général.
–  Munissez-vous des bons accessoires : le soutien-gorge d’allaitement qui maintient sans comprimer, le coussin d’allaitement pour le confort, les coussinets jetables afin d’éviter les fuites de lait entre deux tétées, et enfin, le tire-lait et le biberon, prévus lorsque vous n’êtes pas là.
–  La bonne position : installezvous confortablement assise ou couchée, avec le bébé à plat ventre sur vous, maintenu par le dos et la nuque ; la tête de ce dernier doit être légèrement inclinée vers l’arrière, de façon à ce que la tétée soit efficace. La bouche du bébé doit prendre mamelon et aréole le plus loin possible.
–  Pour savoir si le bébé prend assez de lait en quantité, certains paramètres sont à surveiller : une succion caractéristique, de rythme lent et régulier, avec la bouche du bébé largement ouverte ; la couleur des selles qui s’éclaircit au fur et à mesure, avec une fréquence normale de trois à quatre par jour au terme de la première semaine ; des urines plutôt claires et jusqu’à six couches mouillées par jour. Enfin, la prise de poids, à long terme, représente un indicateur fiable.
–  Si on doit user d’un tire-lait, on adopte le bon rythme : on tire du lait de ses deux seins, pendant quinze minutes en moyenne, toutes les trois heures.
–  Une absence de rot après la tétée ne doit pas inquiéter, car un bébé nourri au sein avale peu d’air.
–  Proscrire tétines et compléments de lait : ils risquent de perturber  la mise en route de l’allaitement, en faisant préférer au bébé l’écoulement plus facile du biberon à celui du sein.
–  Question hygiène des seins, on se contente d’une douche quotidienne et on s’abstient de les récurer au savon ou à l’antiseptique ; ceci pour ne pas supprimer l’odeur naturelle du sein et dérouter le nourrisson. D’autre part, pour se prémunir des crevasses sur les seins, il est conseillé de ne pas opter pour des séances de tétée trop longues. La meilleure formule : plus souvent et moins longtemps !
–  L’Organisation Mondiale de la Santé préconise l’allaitement maternel exclusif pendant six mois, puis sa poursuite jusqu’à l’âge de 2 ans, en complément d’une alimentation solide.

L’actrice franco-marocaine Nadia Benzakour joue dans le dernier film d’Eric Barbier, « Zodi et Téhu ». Un magnifique conte dans lequel
L’événement Art-Fair est de retour à Marrakech. Ce rendez-vous international pose ses valises dans les salons de la Mamounia, mais
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4