1 homme sur 3 violerait une femme s’il n’y avait pas de sanctions

Une étude réalisée par un chercheur canadien tend à prouver que 30% des hommes pourraient violer une femme s'ils étaient sûrs que la victime ne porte pas plainte.

Terrifiant. Une étude réalisé par un chercheur canadien en criminologie montre qu’un tiers des hommes pourraient violer une femme s’ils étaient certains que la victime ne porte pas plainte. Le jeune chercheur a testé 150 hommes à reconnaître l’absence de consentement de la part d’une femme. Résultat, 30% des 150 participants pourraient commettre un viol et 60% pour les individus qui adhèrent à la culture du viol et qui ont consommé de l’alcool. Mais attention, il ne s’agit pas de conclure que l’alcool est responsable des viols. Cette étude montre au contraire que l’alcool n’a pas d’effet direct sur la perception du consentement par les hommes. En d’autres termes, l’alcool ne cause pas les viols. Comment expliquer ces chiffres alors ? Par une culture de banalisation des violences faites aux femmes, qui tendent à minimiser, à excuser ces violences et à rendre les femmes responsables, par tout un tas d’éléments sociaux, linguistiques, médiatiques, publicitaires, politiques. C’est ce qu’on appelle la culture du viol. Un individu qui n’adhère pas à cette culture ne basculera pas dans le viol, même après avoir bu. Au contraire, un individu qui y adhère mettra en œuvre des stratégies coercitives comme la manipulation ou le mensonge pour obtenir un rapport. S’il a bu, il usera plus facilement de violence pour obtenir ce rapport. Pour éradiquer cette culture du viol des esprits, il faut mettre en œuvre une vraie politique publique, qui passe par l’éducation, les sanctions et la communication.

 

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4