Anne Roumanoff: “L’humour, c’est précis »

Dans son dernier One Man Show “Tout va presque bien”, Anne Roumanoff est fidèle à son style. L’humoriste tourne toujours à la dérision les travers de la société. Nous l’avons rencontrée à Casablanca.
Anne Roumanoff, humoriste française, qui est toujours en tournée en France, avait posé ses valises à Casablanca pour y jouer son spectacle « Tout va presque bien ». Rencontre avec cette artiste qui a troqué sa célèbre tenue rouge de scène pour arborer désormais un chemisier multicolore.

Femmes du Maroc : Qui est ce qui a motivé l’écriture de votre dernier spectacle « Tout va presque bien » ?

Anne Roumanoff: Quand je fais un spectacle, je parle de tout ce qui m’énerve. Beaucoup  de choses m’énervent, ce qui donne matière à faire des spectacles. Mon spectacle s’intitule “Tout va presque bien”, mais en réalité tout va très mal, entre le post-covid, l’Ukraine, l’inflation… J’avais envie d’évoquer tout cela et en même temps de détendre les gens avec des sujets qui ne sont pas d’actualité.
 
Ce one man show est-il une sorte d’introspection ou de mise au point ?
Personnellement, j’estime qu’un humoriste doit être le reflet de l’époque dans laquelle il vit… Oui on peut dire que c’est une mise au point sur notre époque.
 
Êtes-vous du genre à improviser ?
Oui, d’ailleurs dans ce spectacle, j’ai deux sketchs où j’improvise. Il y a celui où je joue une voyante et dans lequel  je fais monter un homme sur scène pour lui lire son avenir. Ça reste tout de même Pré-écrit, mais je me cale aussi selon les réponses de la personne. Et il y a le sketch sur l’actualité que j’adapte un petit peu. Vous savez un humoriste, c’est comme un musicien de Jazz qui a plein de partitions… L’humour, c’est quand même très précis.  

 
Quel rapport entretenez-vous avec le public marocain et plus largement avec le Maroc ?
Le Maroc est un endroit spécial pour moi. J’aime beaucoup les Marocains, leur vivacité d’esprit… Le Maroc, c’est aussi mes racines ; ma grand-mère est née à Fès, et ma mère est née à Casablanca.
 
Dans votre spectacle vous évoquez le divorce, une thématique qui fait écho à votre livre “Divorcée et joyeuse”. Quelle est la recette pour être joyeuse après une séparation ?
On n’est jamais joyeux après une séparation. Ce que je voulais dire à travers ce titre, c’est que ce n’est pas non plus forcément un drame. C’est-à-dire qu’après les larmes, vient le rire. Et il est possible de rire d’une séparation et c’est ce que je fais dans le spectacle.
 
Pourquoi portez-vous tout le temps du rouge ?
Le rouge a été pendant longtemps ma couleur fétiche. Ce n’est plus le cas maintenant. C’était aussi un peu du marketing, car on s’est aperçu que quand je passais en noir à la télé, cela avait moins d’impact. Après 30 ans de carrière, j’avais envie de passer à autre chose. Désormais, sur scène je porte des chemisiers multicolores.
Le nouveau siège Bosch va réunir sous un même toit les activités commerciales clés de Bosch au Maroc, en accueillant
Pour cette saison, le menu se fait rafraîchissant pour une délicieuse mise en bouche. C’est ce que nous propose Aïssam
Dans le domaine des relations amoureuses, les conseils pullulent quant à la meilleure façon de gérer les conflits. L'un d'eux,
Depuis son implantation en 1943, L'Oréal Maroc a transformé le secteur de la beauté au Maroc grâce à son engagement
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4