“Anatomie d’une chute” de Justine Triet ouvre les Semaines du Film Européen

Du 14 février au 1er mars 2024, le meilleur du cinéma européen sera proposé au public dans 4 villes du Maroc. 8 longs métrages primés dans les plus grands festivals de cinéma à travers le monde et des courts métrages du Sud de la Méditerranée seront projetés à Casablanca, Rabat, Marrakech et Tanger.
Les Semaines du Film Européen entrent dans leur plus bel âge. A l’occasion de son trentième rendez- vous avec le public Marocain, cet événement culturel de premier ordre, qui s’inscrit pleinement dans le cadre de la coopération culturelle entre l’Union européenne et le Maroc, propose la découverte de 8 films européens de 11 pays de l’Union Européenne, récents et primés dans les plus grands festivals mondiaux, ainsi qu’une sélection de courts métrages, eux aussi primés, de cinéastes du Sud de la Méditerranée. L’édition de cette année offrira en film d’ouverture « Anatomie d’une chute », Palme d’or au Festival de Cannes, Golden globe du meilleur scénario et Golden Globe du meilleur film en langue étrangère

Une sélection majoritairement féminine

Sur les 11 films présentés cette année, 6 sont réalisés par des femmes. Cette prédominance féminine confirme une tendance mondiale, caractérisée ces dernières années par une montée en puissance des réalisatrices, qui remportent désormais les récompenses les plus importantes, à l’instar des cinéastes marocaines Asmae El Moudir, Grand Prix « Etoile d’Or » du Festival
Après Jane Campion en 1992 et Julia Ducournau en 2021, Justine Triet a été, en mai dernier, la troisième femme à obtenir la Palme d’or du Festival de Cannes. Nommé 5 fois aux Oscars et 11 fois aux Césars, après avoir obtenu 2 Golden Globes, « Anatomie d’une chute » (France), son dernier film que nous présentons en ouverture de cette 30e édition, dissèque l’intimité d’un couple et livre un brillant portrait de femme, porté par une actrice prodigieuse, l’allemande Sandra Hüller.
Autre étoile montante du cinéma d’auteur, l’italienne Alice Rohwacher, primée à Cannes à deux reprises en 2014 et 2018, revient avec « La Chimère », un film singulier qui, à travers un personnage d’archéologue anglais incarné par Josh O’Connor (The Crown), explore, avec poésie et extravagance, les liens entre le passé et le présent.
Dans « Club zéro », la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner, dont les précédents films ont été primés à Venise et à Cannes, livre une satire glaçante sur la création d’une secte et une réflexion percutante sur la manière dont les plus vulnérables sont endoctrinés.

Ghizlaine Badri Lahlou est curatrice et commissaire d’exposition de “Révélation de l’âme”, la nouvelle exposition de Rajae Lahlou à la
L’intimité du couple pendant le mois sacré est négligée. On croit bien à tort que spiritualité et sexualité ne peuvent
L’Atelier Saveurs nous propose pour ce Ramadan de belles recettes, inspirées d'une cuisine de grand-mère, pour sublimer la table
Dévoilé officiellement le 1er avril dans les rues de Casablanca le 1er avril, Yango Navigation promet une transformation radicale des
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4