Myriam Bouafi, prêtresse du caftan

À l’heure où le caftan s’exporte dans le monde entier, et où chacun y apporte sa touche pour le sublimer, Myriam Bouafi fait partie des puristes. Le vintage est l’ADN de cette griffe qui promeut l’élégance nonchalante du caftan.

Les caftans signés Myriam Bouafi cultivent une singularité intemporelle tout en s’inscrivant avec virtuosité dans l’air du temps. Chez cette créatrice, le caftan est avant tout une affaire de transmission et d’héritage. “Mes pièces sont uniques et peuvent se transmettre de génération en génération”, confie-t-elle. La styliste qui magnifie avec grâce et volupté, depuis 13 ans déjà, le vêtement traditionnel marocain affectionne tout particulièrement reprendre à sa façon les classiques de la broderie marocaine. “J’aime beaucoup le vintage et je m’amuse à réinventer les caftans avec des broderies remises au goût du jour avec le Ntaa ou le Zouak”, explique-t-elle.

Honneur au caftan “Makhzani”

Pour réaliser ses caftans, Myriam Bouafi s’imprègne de ses rencontres, des bijoux, de la décoration mais aussi et surtout de ses voyages. En témoigne une de ses collections sorties en 2018 en hommage aux tribus nomades d’Inde que l’on appelle les Banjaras. Millimétré comme une partition de musique, le procédé de création d’un caftan est toujours le même. L’idée d’un caftan émane donc d’abord d’un tissu, de son tombé, de sa couleur, et de sa texture. Il prend ensuite forme grâce à la coupe et aux finitions. “Je prends beaucoup de temps à choisir mes tissus qui sont la base de mon travail. Puis je réfléchis à l’association des couleurs, j’aime oser et combiner des couleurs opposées qui finissent par devenir complémentaires”, précise la designer. Myriam Bouafi surfe sur un univers à la fois brut et précieux où les matières fortes tels que le brocart, le broché ou le velours flirtent avec les broderies et zwak maâlem. Le résultat est une silhouette chic empreinte de féminité et de maturité. “Je pense qu’on arrive à reconnaître mes créations par leur côté vintage remis au goût du jour, avec le Zouak fait main, les broderies comme Tarz Ntaa ou encore mes brochets uniques. Une de mes signatures, c’e sont les grosses aakads qui donnent un cachet certain à mes créations”, assure Myriam Bouafi. 

Lorsqu’on la questionne sur son caftan idéal, Myriam nous répond sans détour, “c’est un caftan au cachet traditionnel, qui respecte les codes du caftan marocain d’antan dans toute sa splendeur, avec une coupe classique indémodable, qui met en avant le merveilleux travail de nos artisans marocains garants de nos précieuses broderies et Zouak.”

L’Héritage de fil en aiguille 

“Héritage” est le nom de la nouvelle capsule de Myriam Bouafi. C’est une collection sobre et élégante, en hommage à sa défunte mère qui lui a transmis la passion du caftan. Fidèle à elle-même, sans fioritures, mais avec beaucoup de délicatesse, cette nouvelle collection est sans doute une des plus abouties. On y retrouve le brochet que Myriam Bouafi confectionne elle-même. “J’ai développé ma propre collection de brochet pour ne pas être limitée par ce qui est disponible sur le marché”, nous révèle cette ex-juriste. Un tissu qu’elle affectionne tout particulièrement et qui constitue, pour elle, avec le velours, une  matière noble pouvant supporter toutes les techniques de couture. 

Véritable passionnée, Myriam Bouafi n’a de cesse de renouveler cet habit de fête et d’en faire l’ambassadeur du savoir-faire marocain.

« Les Écoles Al Madina » dévoilent leur nouveau plan de développement stratégique : Madina Kids et Madina Schools, sous
L’Institut français du Maroc, en partenariat avec les éditions La Croisée des Chemins, accueillera en tournée au Maroc Gilbert Sinoué
Du 18 au 20 avril, Rabat vibrera au rythme de la gastronomie marocaine lors du IVème Chapitre des Disciples Escoffier
La deuxième édition des « Nuits du film Saoudien » se tiendra dans 5 pays à travers le monde. Le
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4