Mayssa Maghrebi: Une ambassadrice du caftan engagée

En tant qu'hôtesse de marque de Caftan Week, Mayssa Maghrebi s'est surpassée, puisant dans son profond amour pour son pays et sa culture pour incarner l'essence même du caftan marocain. Portrait d’une femme polyvalente, aux talents multiples et au parcours inspirant.

Dès qu’elle a foulé le podium, drapée dans un somptueux caftan blanc brodé de motifs subtils et parsemé de perles scintillantes, Mayssa Maghrebi a captivé tous les regards par sa présence empreinte d’une élégance saisissante. “Je suis émue et très fière de présenter pour la première fois cet événement phare de la mode marocaine dans mon pays”, a-t-elle partagé avec émotion dès ses premiers mots sur scène. Pour notre maîtresse de cérémonie, cet événement représente bien plus qu’un simple défilé. “Caftan”, diffusé depuis des décennies sur la chaîne télévisée 2M, a bercé sa jeunesse et celle de nombreux Marocains. “Pour moi, présenter un jour Caftan coule de source, étant souvent qualifiée d’ambassadrice du caftan marocain”, affirme-t-elle.

Un devoir, une responsabilité

Lors du défilé, chacun des gestes de Mayssa Maghrebi était exécuté avec une grâce naturelle, captivant l’attention de l’assistance venue en grand nombre des quatre coins du globe. Mais derrière cette personnalité cosmopolite se cache une profonde connexion avec ses racines. “Je porte le caftan marocain lors de différents événements et je tiens à ce qu’il soit connu à l’international”, confie-t-elle. D’abord mannequin, puis actrice dans différentes séries télévisées égyptiennes, saoudiennes, koweïtiennes, qataries et émiraties, Mayssa a également fondé sa propre société de production, marquant ainsi une étape cruciale dans sa carrière. “Ma carrière artistique a connu un tournant décisif en l’an 2000, lorsque j’ai choisi de m’installer, avec ma famille, aux Emirats arabes unis”, raconte-t-elle. Elle a également pris les rênes de la présentation de jeux télévisés, comme la version arabe de “Who wants to be a millionaire ?”.

Résidant aux Émirats, et portant élégamment  l’Abaya comme le Caftan, cette femmes aux inspirations multiples  explique que “L’Abaya possède son propre charme, son patrimoine et sa grandeur, mais le caftan incarne mon identité, mon cœur et mon essence”, souligne-t-elle. Née à Meknès, Mayssa Maghrebi porte le Maroc dans son cœur, où qu’elle soit. “Je ne vis plus au Maroc, mais mon pays coule dans mes veines, et le caftan en est un symbole précieux pour moi”, confie-t-elle avec un sourire ému. Elle accorde une grande importance à ses origines, affirmant que sans elles, elle se sentirait “déracinée et perdrait toute son identité”. 

Sa détermination, combinée à un talent indéniable, lui a permis de conquérir les cœurs du public du monde arabe. “Chaque rôle que j’accepte est un défi, une opportunité de grandir en tant qu’artiste”, explique-t-elle avec modestie. “Mais le plus grand rôle de ma vie reste celui de défendre et de promouvoir la culture marocaine à travers le monde.” En effet, le caftan représente bien plus qu’un simple habit traditionnel pour Mayssa Maghrebi qui le qualifie de “soft power” que chaque Marocain devrait utiliser. “Chacun de nous devrait être ambassadeur de son pays dans son domaine, et le Caftan en est l’emblème parfait”, insiste-t-elle. 

C’est ainsi que dans un monde où les tendances arrivent et disparaissent, Mayssa Maghrebi reste attachée à des traditions ancestrales. Sa carrière professionnelle réussie n’est plus à prouver, mais c’est sa passion pour son pays et son amour pour ses concitoyens qui la distingue particulièrement. Car pour Mayssa Maghrebi, être une icône de style est bien plus qu’une question d’apparence, “c’est une responsabilité, un privilège et un honneur que je prends à cœur chaque jour”.

Membre de l’Académie du Royaume du Maroc, essayiste, médecin biologiste et féministe, Asma Lamrabet, autrice notamment d’“Islam et femmes”
Artiste de bande dessinée, d'illustration et d'animation, Inès Balegh a participé à la dernière résidence Khaliya, à l'initiative du Conseil
Un nouveau salon de thé fait sa grande rentrée à Marrakech, au sein du Musée d'Art Culinaire Marocain, un lieu
À 23 ans, Majdouline El Allaoui, athlète talentueuse, est prête à représenter fièrement son pays en tant que seule rameuse
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4