Élodie Nakkach : “Nous pouvons nous qualifier pour les huitièmes de finale”

Élodie Nakkach fait partie des rares joueuses marocaines à disputer la Ligue des champions de l'UEFA. Sur le terrain, cette footballeuse de talent peut nous réserver de belles surprises pour la qualification en huitième de finale de la Coupe du monde féminine 2023. Interview.

Vous participez avec l’équipe marocaine pour la première fois à la coupe du Monde. Quels sont vos sentiments et vos espoirs ?
Avoir emmener le Maroc à sa première coupe du monde féminine c’est une grande fierté. On a parcouru un long chemin pour y parvenir et on le sait toutes.
Maintenant qu’on y est, on vient avec un état d’esprit de compétitrices donc on veut toujours aller le plus loin possible et dépasser ses limites.

Les lionnes de l’Atlas sont confrontées à des équipes de très haut niveau. Pensez-vous qu’il est possible d’aller en huitièmes de finale ?
Oui on est confrontées à des équipes de très haut niveau mais c’est normal c’est une Coupe du Monde. On a notre place ici, on est allées la chercher personne ne nous en a fait cadeau.
Bien sûr que l’on croit que c’est possible d’aller en huitièmes de finale. On ne serait pas là aujourd’hui si on y avait pas cru depuis le début parce qu’on sait tout le chemin que l’on a parcouru ensemble depuis toutes ces années. Dans le football tout est possible si on y croit, c’est aussi ce qui fait la beauté de ce sport.

 

En tant que joueuse née et ayant grandi en France, qui est ce qui a motivé votre choix de jouer sous les couleurs marocaines?
Lorsque l’on m’a contacté en 2017 pour rejoindre l’équipe nationale du Maroc je n’ai pas hésité. Certes j’ai grandi en France, mais j’ai aussi cette culture marocaine. Lorsque je pose un pied sur le sol marocain, je respire cette odeur, cette odeur du Maroc. Elle est inexplicable, elle se sent. Et à chaque fois je me dis « ça y est tu es chez toi ». Porter le maillot et représenter le Maroc c’est une grande fierté tout comme chanter l’hymne national. Personne ne m’a motivé à jouer sous les couleurs marocaines, c’était naturel pour moi.

Quels sont vos points forts et vos atouts pour marquer de votre empreinte les premiers matchs de l’équipe nationale ?
Le plus important c’est de rester nous-mêmes, en gardant nos valeurs (la solidarité, la combativité, le travail) et notre état d’esprit.

Pouvez-vous nous parler du court métrage dont vous avez fait partie avec adidas MENA?
C’est un honneur de faire partie de ce court métrage. Il est à la fois promoteur du foot féminin et représente ce qu’est le Maroc. On a tourné cette vidéo dans des petites ruelles de Marrakech où sont installés des marchands de tapis, de fruits et légumes, d’artisanat marocain. C’est exactement ça le Maroc, le football se pratique partout on n’a pas besoin de terrain spécifique.

Adidas a fait fort avec sa campagne « Play until they can’t look away ». Elle a fait appel à des grands noms du football mondial en les associant avec des joueuses participant à la Coupe du Monde. C’est aussi une façon de mettre les hommes et les femmes sur un pied d’égalité. J’espère que ça donnera envie aux jeunes filles de croire en leurs rêves et leur donner surtout des modèles féminins à suivre, et qu’elles comprennent que c’est possible.

C’est parti pour la huitième édition du très prestigieux concours Ammar Award en faveur des artistes en situation de handicap
Grande gagnante du Défilé Jeunes Talents, Imane Bamouss a séduit le jury par son audace, sa créativité et sa réinterprétation
Du 1er au 13 juillet 2024, 80 femmes représentant 28 pays africains, ont suivi le programme African Women in Tech
Les créations d’Ibticem Larbi sont peuplées de femmes puissantes et de personnages de notre temps. À travers les histoires qu’elle
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4