Un jour pas comme les autres

"Les textes ne suffisent pas à modifier le cours des choses. C'est nous, hommes et femmes de ce pays, qui pourrons influer sur notre quotidien et notre avenir. Et nous aurons le Maroc que nous mériterons."

Al’heure où nous mettons sous presse, nous ne sommes plus qu’à quelques jours de voter pour ou
contre la nouvelle Constitution. La majorité des Marocains est enthousiaste d’entrer ainsi dans l’ère de la démocratie ; car nous entrons véritablement dans la voie du changement de part les textes et la vision politique que l’on nous propose. Et même si certains d’entre nous déplorent que le pouvoir exécutif n’ait pas obtenu davantage d’indépendance, ou encore que les questions de la libre croyance et de la liberté de
culte n’aient pas été réellement repensées, nous attendons beaucoup de la nouvelle Constitution
comme si elle était une finalité en soi. Or, du fait des avancées qu’elle apporte, ne devance-t-elle pas les individus que nous sommes ? Pouvons-nous véritablement espérer que ce nouveau texte opèrera miraculeusement le changement ? Et que nous serons à la hauteur du moment ? Car malheureusement, les textes ne suffisent pas à modifier le cours des choses. Ils sont un point de départ nécessaire, voire même indispensable, mais c’est nous, hommes et femmes de ce pays qui pourrons influer sur notre quotidien et notre avenir. Et en définitive, nous aurons le Maroc que nous mériterons. Initié par l’impératif des événements et vraisemblablement par une conviction personnelle, le Roi a fait un pas ; aujourd’hui, nous ne sommes plus des sujets mais des citoyens. Et chacun d’entre nous est appelé à faire ce pas
pour s’inscrire dans une nouvelle vision exigeant de se remettre en cause et de faire son mea culpa. Car dès aujourd’hui, l’homme politique sera questionné sur sa vision et sa pratique de la politique ; l’homme d’affaires sur son sens de la responsabilité sociale ; le citoyen sur son civisme et son altruisme ; le juge sur son intégrité et son indépendance ; l’intellectuel sur son engagement et ses idées ; le journaliste sur
son courage et son éthique. La nouvelle Constitution est avant toute chose l’occasion pour nous tous de participer à la création d’un destin commun en pensant à l’autre qui est notre égal, en oubliant nos intérêts personnels, et en cessant de nous abriter derrière le système pour justifier des comportements irresponsables et égoïstes, une justice corrompue ou des politiciens frileux. Nous devons tous être meilleurs. C’est là qu’est le vrai combat. Car si nous ne croyons pas profondément au meilleur de nous-mêmes, et dans le cas où le oui l’emporterait, le 2 juillet ne sera rien d’autre qu’un jour comme les autres.

C’est le rendez-vous de l’élite du golf féminin. Organisée du 06 au 11 février 2023, la Coupe Lalla Meryem, qui
Pour atteindre l’égalité femme-homme, il est crucial, fondamental, indispensable de repenser les masculinités. Soufiane Hennani, nous livre son point de
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4