Santé, éducation, emploi, un partenariat stratégique pour les réfugiés

C’est une convention stratégique qui a été conclue le 2 avril. Un partenariat public-privé afin d’œuvrer pour l’accès des réfugiés à la santé, à l’éducation et à l’emploi.

C’est un « engagement humanitaire en faveur des réfugiés », comme l’a déclaré Jean-Paul Cavaliéri, représentant du HCR au Maroc, après la signature du partenariat public-privé qui vise à faciliter l’accès des réfugiés à la santé, à l’éducation et à l’emploi. Les signataires ? Le HCR, l’AMPF et le Ministère délégué auprès du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la Migration, et… la Fondation Noufissa Pharma 5. Fondation qui s’engage ainsi à faire un don de médicaments au profit des réfugiés et autres personnes vulnérables au Maroc, d’une valeur d’un million de dirhams sur trois ans. « Le droit à la santé est un droit fondamental, comme l’a justement souligné Myriam Lahlou Filali, vice-présidente de la Fondation Noufissa Pharma 5. Nous souhaitons que chacun d’entre eux puisse bénéficier d’un accès à des soins de qualité sans aucune discrimination ». Et ce n’est pas fini. Car la Fondation compte également œuvrer pour faciliter l’accès des réfugiés à l’insertion économique. Cette initiative s’inscrit dans la dynamique lancée par la Politique Nationale d’Immigration et d’Asile, conformément aux Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en septembre 2013, et quelques jours à peine après le discours du Souverain lors de la visite officiel du Pape François, rappelant que « la philosophie de la politique d’immigration et d’asile que Nous avons mise en place; Nous la voulons, avant tout, solidaire. »

 

Le projet néerlandais-marocain « Urban Safar Tanja » est plus qu’une performance. C’est un spectacle itinérant, un voyage théâtral émotionnel
Hind Kharifi fait partie de ces illustratrices marocaines qui s’imposent sur la scène du design et du graphisme avec talent
C’est la gardienne de l’éthique des medias. Latifa Akharbach, ancienne journaliste et ex-diplomate, est à la tête de la Haute
C’est le weekend, rien de mieux que de découvrir la capitale économique sous un angle différent.  Rien de tel pour cela
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4