Privée de mes enfants

Je suis étrangère, divorcée d’un homme marocain avec qui j’ai deux enfants. Ils sont mineurs, je n’ai pas obtenu leur garde et ils vivent avec mon ex-belle-mère. Je n’ai pas le droit de les voir et quand j’ai envoyé un huissier chez elle, il s’est fait chasser par l’entourage. Que faire ? Chrystel, 41 ans, Casablanca

En cas de divorce, le droit de visite a été prévu aussi bien dans l’intérêt des enfants que dans celui des parents. C’est pourquoi le législateur fait du droit de visite le corollaire du droit de garde : “Le père ou la mère qui n’a pas la garde de l’enfant a le droit de lui rendre visite et de le recevoir” (article 180 du Code de la famille). La mère, quelle que soit sa nationalité, jouit de ce droit chaque fois qu’on ne lui confie pas la garde de ses enfants.

Dans ce cas, le père n’est pas autorisé à la priver de son droit de visite, sinon, “le tribunal prend toutes les mesures qu’il estime appropriées, y compris la déchéance de la garde en cas de manquement ou de manœuvres frauduleuses dans l’exécution de l’accord ou de la décision organisant la visite” (article 184 du Code de la famille).

Dans le cas d’espèce, l’intéressée peut saisir le tribunal. Sa cause sera entendue. Le constat de l’huissier constitue la preuve qu’elle a été empêchée d’exercer son droit de visite.

Le projet néerlandais-marocain « Urban Safar Tanja » est plus qu’une performance. C’est un spectacle itinérant, un voyage théâtral émotionnel
Hind Kharifi fait partie de ces illustratrices marocaines qui s’imposent sur la scène du design et du graphisme avec talent
C’est la gardienne de l’éthique des medias. Latifa Akharbach, ancienne journaliste et ex-diplomate, est à la tête de la Haute
C’est le weekend, rien de mieux que de découvrir la capitale économique sous un angle différent.  Rien de tel pour cela
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4