Première juge afro-américaine, musulmane et voilée, elle est menacée pour avoir prêté serment sur le Coran

La prise de fonction de la juge musulmane Carolyn Walker-Diallo dans le district de Brooklyn à New York est entachée par des attaques racistes et islamophobes.

Le 10 décembre, Carolyn Walker-Diallo, la première juge noire, musulmane et voilée de l’arrondissement de New York, prêtait serment sur le Coran de respecter la Constitution américaine, sur fond de polémiques et de défiance à l’égard des musulmans après les attentats de Paris et de San Bernadino. Postée sur Facebook, la vidéo de son serment a été visionné plus de 600 000 fois et a suscité quelque 2500 commentaires, pas toujours positifs. Les récentes déclarations islamophobes de Donald Trump – qui proposait d’interdire l’entrée du territoire américain aux musulmans – n’ont rien arrangé. Certains de ses supporters ont d’ailleurs proposé que les personnes ayant liké la vidéo de la juge soient « déportées » quand Trump prendra ses fonctions. Pourtant, Carolyn Walker-Diallo n’est pas la première à prêter serment sur le Coran. En 2013, Sheila Abdus-Salaam devenait la première musulmane afro-américaine à siéger à la cour d’appel, la plus haute instance judiciaire du pays. En 2006, Keith Ellison fit de même lorsqu’il fut élu au Congrès des États-Unis. Mais le contexte a bien changé et la tournure des évènements désole les représentants des musulmans des Etats-Unis. « Ce fut un grand moment de fierté pour elle et le fait qu’il suscite autant de critiques est triste. Il y a trop de haine dans notre société », déclarait Sadyia Khalique, directrice des opérations au Council on American–Islamic Relations.

Suite au succès retentissant des vitrines M’OTION à M Avenue, la première édition du concours M’OTION NextGen s'est tenue le
Elles brillent dans différents domaines et se distinguent par leur force, charisme et impact positif sur leur environnement. Les profils
Il y a urgence ! Il faut stimuler l’implication des femmes dans l’économie. Elle est au plus mal : 19,8%
“Assilah, ville de tous les amours...” est l’intitulé de l’exposition qui réunit onze artistes travaillant pour la plupart à Assilah.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4