Mode islamique : la polémique enfle

Le débat fait rage en Europe au sujet de l’apparition de collections dédiées aux musulmanes chez certaines grandes marques. Pour les opposants à cette évolution, la défense des valeurs de liberté doit passer avant l’argent.

Tempête dans le milieu de la mode. Depuis quelques jours, des voix s’élèvent pour condamner le développement d’une mode dédiée aux musulmanes par des marques qui se font « complices de cette dictature qui impose cette chose abominable qui fait qu’on cache les femmes (…) tout ça pour faire du fric », a déclaré Pierre Bergé, chef de file du mouvement des antis-mode islamique. A ses côtés, la ministre française des Droits des femmes Laurence Rossignol a également dénoncé l’apparition de ce genre de collections de la part de marques et d’enseignes de grande distribution qui « se mettent en retrait de leur responsabilité sociale ». A vrai dire, les marques auraient tort de s’en priver, la mode islamique représentant un créneau extrêmement lucratif. Selon un rapport de l’agence Reuters, la communauté musulmane mondiale a dépensé 266 milliards de dollars en vêtements et chaussures en 2013. Et ces dépenses devraient augmenter. Dolce & Gabbana, Uniqlo, Mango, DKNY, Tommy Hilfiger, Marks & Spencer, ces marques ont toutes lancé récemment des collections capsule à destination des musulmanes.

Mode-islamique-la-polemique-enfle

Suite au succès retentissant des vitrines M’OTION à M Avenue, la première édition du concours M’OTION NextGen s'est tenue le
Elles brillent dans différents domaines et se distinguent par leur force, charisme et impact positif sur leur environnement. Les profils
Il y a urgence ! Il faut stimuler l’implication des femmes dans l’économie. Elle est au plus mal : 19,8%
“Assilah, ville de tous les amours...” est l’intitulé de l’exposition qui réunit onze artistes travaillant pour la plupart à Assilah.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4