Mawazine signe un final éblouissant

Le rideau de la 17ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du monde est tombé ce week-end. Ce 30 juin, une ribambelle de stars dont Luis Fonsi, la diva du Khalij Ahlam et la Marocaine Statia, a enflammé les scènes de Rabat et de Salé.

C’est une magnifique image qui restera gravée lors de la 17ème édition du Festival Mawazine-Rythmes. Le public surexcité de l’OLM Soussi qui reprend en chœur le tube de la star portoricaine Luis Fonsi. L’un des artistes latino les plus en vogue du moment, a aussi emballé les festivaliers avec la célèbre chanson « Message in a bottle » du groupe britannique The Police. Une reprise surprise, accueillie par les applaudissements tonitruants d’une foule qui connaissait encore une fois les paroles par cœur. La diva du Khalij, Ahlam a également séduit les milliers de personnes entassées devant la scène de l’espace Nahda. Vêtue d’un caftan marocain bleu, la chanteuse émiratie a enchaîné ses plus beaux morceaux tels que « Aktar min awal », « Moutir », « Hobbi aw hob ghiri » ou encore  « Guel anni ma tigol ». Et pour montrer son attachement à ses fans marocains, Ahlam qui est une habituée de Mawazine, a échangé, plusieurs fois, avec eux en darija et leur a réservé une surprise des plus belles vers la fin de son show lorsqu’elle a chanté « Sawt Al Hassan », accompagnée d’une troupe gnaouie. Du côté de la scène de Salé, la chanson chaâbi marocaine était à l’honneur avec les incontournables Statia, Abdelaziz Stati, Saïd Senhaji, de quoi réjouir les amateurs de cet art ancestral venus en masse. La veille, vendredi, c’était la chanteuse égyptienne Marwa Naji qui a conquis les Marocains avec un bouquet de chansons de la mythique Oum Kaltoum, en passant par Asmahane, Abdelhalim Hafiz et par la diva libanaise Fairouz. Un spectacle qui a transcendé les frontières du temps et de l’espace.

Suite au succès retentissant des vitrines M’OTION à M Avenue, la première édition du concours M’OTION NextGen s'est tenue le
Elles brillent dans différents domaines et se distinguent par leur force, charisme et impact positif sur leur environnement. Les profils
Il y a urgence ! Il faut stimuler l’implication des femmes dans l’économie. Elle est au plus mal : 19,8%
“Assilah, ville de tous les amours...” est l’intitulé de l’exposition qui réunit onze artistes travaillant pour la plupart à Assilah.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4