Maroc : Les inégalités à l’école en 5 chiffres

La dernière étude du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS), "l’Atlas territorial des disparités en éducation", souligne la gravité des inégalités à l’école au Maroc. Le cursus scolaire des enfants marocains est moins long que dans les autres pays de la région MENA.
  • 136ème, c’est la place du Maroc sur 175 pays dans le classement mondial portant sur les années d’études des enfants.
  • 8,4 % des enfants de 15 ans et plus ont atteint le niveau supérieur en 2014. Ce même chiffre était enregistrée dans la région MENA en 2000, comme le soulignent les auteurs de cette étude qui donnent deux explications à ce retard accumulé par le Maroc. La première, l’analphabétisme, même si son taux a diminué durant cette dernière décennie. Et la seconde, le pays « n’a pas suffisamment étendu l’enseignement secondaire qualifiant et supérieur ».
  • 5 années et 6 mois. Ce chiffre correspond à la durée moyenne de scolarisation d’un adolescent âgé de 15 ans et plus au Maroc. Pour comparaison, dans les trois-quarts des pays du monde, ces enfants dépassent facilement six années d’études…
  • Dans 1/3 des régions marocaines, la moyenne des années de scolarité est supérieure à six ans : Eddakhla-Oued Eddahab, Rabat-Salé-Kénitra, Grand Casablanca-Settat et Laayoune-Sakia El Hamra. En revanche, à Marrakech-Safi et Beni Mellal-Khénifra, la moyenne est inférieure à 5 années.
  • 1 an, c’est le chiffre le plus alarmant. Dans la commune d’Oulad Ali Mansour (Tétouan), ou de Tahelouante et d’Assais (Essaouira), les années d’étude des enfants ne dépassent pas un an ! A l’inverse, dans les quartiers d’Assoukhour Assawda et El Maarif (Casablanca) ou encore Hassan, Souissi, et Agdal-Riyad (Rabat), la durée moyenne de scolarisation des enfants est largement au-dessus de 9 ans.

 

 

 

Situé à l’hôtel Jadali, au cœur du paisible et verdoyant quartier de l'Hivernage à Marrakech, le Spa Yemaya est une
“ L'amour nous envahit d’un bonheur enivrant et nous nous sentons soudain merveilleusement vivants.”
Les boxeuses Oumayma Belahbib et Leila El Ksiri se préparent pour le tournoi de qualification olympique (TQO) mondial, programmé du
Le 1er événement automobile et sportif 100% féminin revient du 12 au 27 avril. 400 gazelles, dont 21 Marocaines, vont
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4