Mais où sont les femmes?

Nous ne reviendrons pas sur le fait que n'avoir qu'une femme dans notre gouvernement est une honte ; et que c'est une insulte à ce que nous sommes et aux combats que nous menons depuis plusieurs décennies.

Nous qui mettons au monde et élevons les enfants de ce pays, gérons l’intérieur d’un foyer, avons accédé au monde du travail et participons aux dépenses du ménage… Nous, femmes, épouses, mères, qui accomplissons au quotidien tant de rôles au sein du couple, de la famille et de la société, n’avons-nous plus notre place au cœur du gouvernement ? Ce gouvernement, qui se voulait être le visage d’un Maroc nouveau, s’est cru dispensé de mettre en application les principes de démocratie de la constitution. Il y avait sept femmes ministres, il n’y en a plus qu’une… Nous savions que nous devions nous battre pour davantage de parité ; mais ignorions que ce que nous pensions être des acquis ne l’étaient pas et qu’il fallait indéfiniment reprendre les mêmes combats ! Pas de compétences féminines suffisantes pour des postes ministériels, a-t-on entendu dire. Et parce que cette réponse est inacceptable, Femmes du Maroc a souhaité clouer le bec à tous ceux qui pensaient cela en proposant des femmes pour les postes ministériels considérés comme étant les plus importants, et qui n’avaient jamais été donnés à des femmes auparavant. Nous avons rencontré des personnes merveilleuses et désintéressées, aux idéaux purs et nobles. Nous ne sommes pas allés les chercher dans les partis politiques, car si beaucoup d’hommes font de la politique, les femmes qui veulent que le monde bouge font du terrain. Elles oeuvrent dans le cadre d’associations ou d’institutions pour que le niveau de vie du Marocain lambda change, pour qu’il puisse avoir accès aux soins et à la justice, pour qu’il ait un travail, un logement et que ses enfants grandissent dans un monde meilleur. Ces combats, ces programmes, ces rêves demandent du courage, de l’intelligence, de l’honnêteté, de la persévérance et de la générosité. Toutes les femmes que vous rencontrerez dans notre dossier ont cela en elles, et à partager. Et puis il y a les autres, que nous avons voulu mettre en lumière ; elles représentent la relève féministe même si beaucoup d’entre elles préfèrent à cette expression le terme “engagées”. Nous, Marocaines, sommes humiliées. Une fois de plus, nous comprenons qu’il ne suffit pas de légiférer pour garantir la parité et l’égalité des genres dans la réalité de tous les jours. Et malheureusement, le gouvernement actuel, qui était supposé illustrer une évolution positive de notre pays et les changements tant attendus enfin réalisés, n’est rien de plus que le miroir de notre triste réalité sociale…

“Nous, Marocaines, sommes humiliées. Une fois de plus, nous comprenons qu’il ne suffit pas de légiférer pour garantir la parité et l’égalité des genres dans la réalité de tous les jours.”

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4