Les services des urgences au bord de l’asphyxie

La Société marocaine de médecine d’urgence (SMMU) rappelle qu’il est crucial d’améliorer les conditions de travail du personnel des urgences qui sont notamment en première ligne face au Covid-19.

Déjà, en juin 2020, la Société marocaine de médecine d’urgence (SMMU) appelait dans son Livre blanc à davantage de soutien envers le service des urgences qui souffrent de “beaucoup de faiblesses, que ce soit sur le plan architectural, structurel ou organisationnel ainsi qu’au niveau des ressources humaines qualifiées”. Un appel qui est aujourd’hui réitéré au meme moment que la grève nationale de 48 heures organisée les 4 et 5 novembre, par le Syndicat indépendant les médecins du secteur public qui dénonce, lui aussi, des conditions « difficiles de travail », accentuées par la pandémie de Covid-19. Pour la SMMU, malgré le plan de relance de ce secteur dont le coup d’envoi a été donné par SM le Roi Mohamed VI en 2016, les résultats tardent à se concrétiser, notant au passage que le principal problème est la multiplicité des intervenants publics et privés avec un manque de visibilité à moyen et à long termes. Beaucoup de moyens logistiques ont été mis à disposition par le ministère de tutelle, mais le facteur humain a toujours été omis des politiques de restructuration de ce domaine vital.” Il est urgent de réformer en profondeur l’organisation des soins dans nos services d’urgence et de donner à chacun les moyens d’accomplir une permanence des soins de qualité”, recommande la SMMU, précisant que l’acteur humain (urgentologues, urgentistes, infirmiers urgentistes, aides-soignants…) doit rester au cœur des préoccupations dans tout projet de réforme intéressant les urgences, en lui offrant la formation académique adaptée et les outils nécessaires pour exercer ses compétences.

(Avec Map)

Situé à l’hôtel Jadali, au cœur du paisible et verdoyant quartier de l'Hivernage à Marrakech, le Spa Yemaya est une
“ L'amour nous envahit d’un bonheur enivrant et nous nous sentons soudain merveilleusement vivants.”
Les boxeuses Oumayma Belahbib et Leila El Ksiri se préparent pour le tournoi de qualification olympique (TQO) mondial, programmé du
Le 1er événement automobile et sportif 100% féminin revient du 12 au 27 avril. 400 gazelles, dont 21 Marocaines, vont
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4