J’ai tout quitté pour lui…

C'est l'histoire d'un amour impossible. La famille d'Amal s'opposait à son union avec Mohcine, un prétendant pas vraiment à la hauteur. La jeune fille s'est alors rebellée contre ses parents et s'est mariée contre leur volonté. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas par amour !

J’ai rencontré Mohcine pour la première fois lors d’une balade en bord de mer. Il jouait une belle mélodie romantique sur sa guitare. Son allure un peu hippie, sa belle voix rauque et sa mine un brin mélancolique m’ont tout de suite attirée. Il avait aussi un air familier qui m’a beaucoup intriguée.

On ne s’est pas parlé, mais nos regards se sont croisés. Sans savoir pourquoi, j’avais déjà la certitude que cet inconnu allait désormais faire partie de ma vie. En tout cas, depuis cette fameuse promenade, son image ne me quittait plus. Je pensais souvent à ce bel inconnu brun aux yeux étonnamment brillants. Et à chaque fois que je le pouvais, je revenais sur cette plage, avec le secret espoir de le rencontrer de nouveau. Mais il avait disparu.

JE COMMENÇAIS À DÉSESPÉRER de le revoir, jusqu’au jour où l’on a fini par se croiser, tout à fait par hasard. Mais cette fois, on ne s’est pas contenté d’échanger un simple regard : il m’a souri et m’a tendu la main. On a échangé quelques amabilités comme de vieux amis qui se sont un peu perdus de vue. Il m’a ensuite invitée à prendre un café, face à cette plage, la même où l’on s’était aperçus la première fois. J’étais comme sur un petit nuage. ALORS QUE NOUS MARCHIONS côte à côte, il s’est passé quelque chose d’étrange : certains passants se retournaient sur notre passage. Une jeune fille a même souri à mon nouveau compagnon et l’a appréhendé pour lui demander… un autographe ! Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai compris que j’étais en compagnie d’un chanteur de renommée. Je n’en revenais pas de ne pas l’avoir reconnu plus tôt. Mais quoi de plus normal finalement puisqu’à l’époque, dans les années 80, il n’y avait pas encore de clips vidéo, et les rares fois où l’on appréciait de la musique à la télé, c’était lors des fameuses soirées musicales retransmises les samedis soir. Mohcine faisait en plus partie de la nouvelle génération de musiciens marocains. Mieux encore, il était aussi peintre et travaillait sur la création d’un nouveau style. C’était un artiste accompli et j’en étais d’autant plus conquise !

DE MON CÔTÉ, je venais à peine de terminer mes études universitaires de biologie et j’avais décroché un petit job dans une pharmacie. J’avais 26 ans et des rêves plein la tête. Et, très vite, cet homme a pris une place considérable dans mon existence. Il ne se passait pas une journée sans que l’on ne se donne rendez-vous, et chaque rencontre était pour nous l’occasion de nous rapprocher d’avantage l’un de l’autre. J’étais sûre d’avoir trouvé mon autre moitié ! Mohcine représentait tout ce dont j’avais toujours rêvé : il avait beaucoup d’esprit, il adorait l’art en général et la musique en particulier, et il était un grand voyageur ; ce qui ne gâchait rien. Et malgré nos horizons très différents, nous avions énormément d’affinités, surtout notre amour pour la lecture et l’écriture.

SEULE OMBRE AU TABLEAU, je me crispais à chaque fois qu’il était question d’officialiser notre  engagement. J’appréhendais en fait le moment où j’allais devoir présenter Mohcine à ma famille. Une vieille famille rbatie très conservatrice et qui considérait tout mariage avec un “étranger” comme une mésalliance. J’étais quasiment certaine qu’ils ne verraient pas d’un bon oeil le fait qu’il soit artiste. Plusieurs mois se sont ainsi écoulés, jusqu’au jour où Mohcine a décidé de se jeter à l’eau et de demander officiellement ma main. Et quel n’a pas été mon désarroi ce jour-là, en voyant la manière froide et hautaine avec laquelle mon père et mon frère ont accueilli mon prétendant ! C’est à peine s’ils ont daigné échanger quelques civilités avec lui, avant de le laisser repartir seul, comme il était venu.

LE VERDICT DES MIENS N’A PAS TARDÉ à tomber. Il était hors de question que leur fille épouse un “troubadour et un hippie”, sans parler du fait qu’il était beaucoup trop vieux pour moi. Il était effectivement de 18 ans mon aîné. Et puis que dirait le reste de la famille quand ils apprendraient que moi, fille d’untel, je souhaitais me marier avec un “fou” ? C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je m’attendais bien sûr à tous genres d’objections, mais ça me blessait que tout le monde s’oppose si farouchement à notre union, qui plus est en faisant valoir des arguments aussi invraisemblables.

J’AI ALORS EXPLOSÉ, laissant s’exprimer toute ma détresse et surtout tous mes sentiments pour Mohcine. Pour la première fois de ma vie, j’ai osé m’opposer à mes parents aussi ouvertement. Ils n’en revenaient d’ailleurs pas, allant jusqu’à dire que cet homme aurait usé de magie pour me faire tourner la tête. Ils ne comprenaient pas que ce n’était que la magie de l’amour… On s’est mis alors à surveiller mes allées et venues, m’interdisant tout contact avec lui. Selon eux, il fallait que je recouvre la raison et que je finisse par admettre que c’était pour mon bien. Je sombrais alors petit à petit dans la dépression. A un moment, je sentais que je touchais le fond et sans trop réfléchir, j’ai pris mes affaires et me suis réfugiée chez ma soeur aînée et son mari, en espérant qu’ils ne seraient pas aussi butés que mes parents, et qu’ils essaieraient même de les convaincre de l’idée de ce mariage.

UN MOIS S’ÉTAIT ÉCOULÉ depuis mon départ et rien n’avait changé. Mes parents étaient toujours aussi bornés. Je rencontrais Mohcine en cachette, mais peu m’importait, je me sentais prête à tout pour vivre à ses côtés. Lui, pour sa part, a essayé d’amadouer ma famille, mais sans grand résultat. Il n’y avait que mon beau-frère qui prenait un peu notre défense. Mais en vain ! Un plan a alors commencé à germer dans mon esprit : j’ai décidé de m’enfuir avec Mohcine et de mettre mes parents devant le fait accompli. Sauf que lui n’était pas d’accord. Il ne voulait pas m’imposer de choisir entre lui et ma famille. Il craignait que je lui en veuille un jour et que ça ne détruise nos sentiments. Mais il a fini par se rendre à l’évidence. Il n’y avait pas d’autre solution.

UN BEAU MATIN, j’ai mis mon destin entre les mains de Mohcine. Une peur atroce me tenaillait mais la perspective d’épouser l’homme que j’aimais m’a donné le courage de quitter les miens. On s’est rendus chez les adouls, seulement accompagnés de deux amis. Quand nous sommes ressortis, nous étions mari et femme. Je l’ai fait savoir le jour-même à mes parents, qui ont, bien entendu, crié au scandale. Mon père m’a quasiment reniée, mais cela m’importait peu. Une nouvelle vie commençait pour moi. Nous coulions des jours heureux et Mohcine n’en finissait pas de me combler par son amour et sa tendresse. Il était désormais ma seule famille. J’ai aussi été bien accueillie par les siens et, Dieu merci, j’étais encore la bienvenue chez ma soeur aînée qui a tout fait de son côté pour me réconcilier avec mes parents. Ma mère a fini par me pardonner au bout de quelques mois, mais mon père ne voulait rien savoir. Je n’avais pas le droit de mettre les pieds à la maison. Il a fallu qu’il ait un accident et qu’il soit alité pour qu’il accepte enfin de me voir ! C’était l’un des moments les plus pénibles de ma vie et un des plus libérateurs aussi. Avec cette réconciliation, je pouvais enfin vivre ma vie sans ce sentiment de culpabilité que je ne pouvais m’empêcher de traîner comme un boulet. Tout est bien qui finit bien, n’est-ce pas ? â– 

Chers lectrices et lecteurs , multiples histoires, cent fois racontées à votre entourage, à vos ami(e)s, à vos voisin(e)s, à vos collègues. Multiples histoires, différentes et pourtant semblables. Vos bonheurs, vos peines, vos soucis, vos coups de gueule et vos coups de cafard. Pour rire ensemble, s’indigner parfois, pleurer peut-être, mais surtout partager, nous faisons vôtre cette page. N’hésitez pas à nous écrire, à nous communiquer vos témoignages. Vos histoires. L’anonymat est respecté dans tous les cas.

Après une édition aux Emirats arabes unis en 2022, la Coupe du monde des clubs, dénommée Mondialito, débute ce soir
La tendance argenté fait un retour remarqué cette saison. Découvrez notre sélection de pièces à shopper pour briller de mille
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4