Dounia Batma, Malca, 3MA, Babylone, … à la 15ème édition du Festival Timitar

C’est une programmation éclectique qu’ont concocté les organisateurs du Festival Timitar pour sa 15ème édition organisée du 4 au 7 juillet à Agadir. A l’affiche, des artistes marocains et étrangers venus des quatre coins du monde, mais aussi l’islamologue Rachid Benzine lors d’une table ronde.

Le festival Timitar d’Agadir revient, du 4 au 7 juillet, pour sa 15ème édition avec une programmation qui met à l’honneur la diversité artistique à travers la venue d’une panoplie d’artistes étrangers et nationaux dont des troupes traditionnelles. Le Festival Timitar, c’est trois scènes de concert dont la grande scène de la Place Al Amal où est notamment attendu Aymane Serhani le 4 juillet, Youness le 5 juillet, Aminux et Douzi le 6 juillet, ou encore Dounia Batma et Zina Daoudia pour le dernier jour, le 7 juillet. Le Festival Timitar comptera aussi sur la présence de Malca qui a fait sensation avec son titre Casablanca Jungle et qui est aussi l’un des 10 lauréats du prix inRocKs lab 2016. Rendez-vous le 5 juillet sur la Place Al Wahda.

Autres artistes: les 3MA (Mali, Madagascar et Maroc). En effet, le Théâtre de Verdure accueillera, le 4 juillet, trois grands maîtres des instruments à cordes pincées : le Malien Ballaké Sissoko (kora), le Marocain Driss El Maloumi (oud) et le Malgache Rajery (valiha). Un trio époustouflant qui transportera, à coup sûr, le public. La formation Babylone offrira aussi un moment intense au Théâtre de Verdure le 6 juillet. Le groupe algérien ne cessera jamais de nous faire voyager avec sa célèbre chanson Zina.

 

Sur scène également, de nombreuses troupes traditionnelles qui portent les plus belles traditions de l’art populaire marocain. Parmi elles, Rokba Ahl Essalam de Zagora, Ahidous Izouran du Moyen Atlas, Ahwach Argan Tafraout, Ahwach Tagmout et Ahwach Taskiwin, du nom de la danse guerrière du Haut-Atlas occidental qui a récemment été inscrite sur la Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de L’UNESCO. Quant au registre des Rways, il sera représenté par les éminents Rayss Bizmaouen, Rayss Lahoucine Amerrakchi, Lahoucine Elbaz, Rayss Belmoudden, Rayss Lahoucine Amentag, Rayssa Keltouma et Fatima Tamanart.
Et ce n’est pas fini. Le Festival Timitar, c’est aussi une table ronde sur « l’art et la culture à quoi servent-ils vraiment ? » avec l’islamologue Rachid Benzine, un débat sur la sauvegarde du patrimoine immatériel marocain, un spectacle de théâtre « Lettres à Nour » d’après le roman de Rachid Benzine et mis en scène par Abderrazzak Zitouny, une rencontre sur l’appui à la production musicale amazighe avec, comme exemple cette année, la sortie de l’album « Amarg » du groupe Ribas Fusion, sans parler des débats de l’Université d’été d’Agadir placée sous le thème : « L’amazighité à l’ère du numérique » dont une conférence menée par le président du Conseil national des droits de l’Homme, Driss El Yazami sur « Droit international des droits de l’Homme et diversité culturelle ».

Suite au succès retentissant des vitrines M’OTION à M Avenue, la première édition du concours M’OTION NextGen s'est tenue le
Elles brillent dans différents domaines et se distinguent par leur force, charisme et impact positif sur leur environnement. Les profils
Il y a urgence ! Il faut stimuler l’implication des femmes dans l’économie. Elle est au plus mal : 19,8%
“Assilah, ville de tous les amours...” est l’intitulé de l’exposition qui réunit onze artistes travaillant pour la plupart à Assilah.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4