COVID-19 : Un plaidoyer pour venir aux secours des femmes victimes de violence

27 associations marocaines ont signé un plaidoyer à l'attention des autorités pour lutter activement contre les violences faites aux femmes pendant cette délicate période de pandémie du COVID-19. Dans cette lettre, le collectif met en évidence l'impact du confinement sur les violences faites aux femmes et apporte des réponses concrètes pour éradiquer la recrudescence de ce fléau.

La maison est le lieu le plus dangereux pour les femmes victimes de violences, comme le rappelle si justement un collectif de 27 associations marocaines dans un plaidoyer contre les violences faites aux femmes pendant la pandémie du COVID-19, et, par ricochets, le confinement engendré. Résultat : les violences faites aux femmes sont en augmentation. « Nous avons constaté des situations où les maris abusent de la situation de confinement en mettant la pression psychologique et en exerçant la contrainte physique pour forcer leurs femmes à renoncer à leurs droits », indiquent les associations signataires dont Mobilising for Rights Associates (MRA), ajoutant que « nous avons des cas de maris qui auparavant avaient abandonné le domicile conjugal et/ou étaient poursuivis pour non-paiement de la pension alimentaire, et qui maintenant sont revenus au domicile pour les besoins du confinement, se vengeant sur leurs femmes et leurs enfants. » Autre constat : la vulnérabilité économique des femmes ayant un emploi précaire, qui entraîne une dépendance accrue vis-à-vis les agresseurs. Au vu de ce sombre tableau, le collectif propose 18 mesures d’urgence pour garantir aux femmes un accès à une protection (judiciaire et policière), une sécurité économique et un logement sûr et sécurisé. Parmi ces mesures, les associations demandent de/d’ : 

  • Imposer la peine maximale pour toutes les infractions – crimes et délits – de violences faites aux femmes pendant cette période.
  • Veiller à ce que les agresseurs condamnés pour violences faites aux femmes ne soient pas libérés avant que leur peine soit purgée, notifier les victimes de leur éventuelle libération, et assurer une protection à ces femmes.
  • Garantir la continuité et la disponibilité du personnel médical dans les cellules pour les femmes victimes de violence au sein des hôpitaux, y compris pour l’octroi des certificats d’incapacité.
  • Etablir des permanences téléphoniques avec un numéro d’urgence gratuit, local et simple à s’en souvenir, où les femmes victimes de violences peuvent appeler sans frais ou en PCV pour une assistance immédiate ; 
  • Activer le service de SMS d’urgence avec géo localisation instantanée pour signaler des violences. 
  • Assurer que les tribunaux continuent à statuer sur des affaires de pension alimentaire pendant toute la période de la crise, et garantir des mesures d’exécution.
  • Elargir le champ d’application du Fonds de solidarité familiale pour faire bénéficier plus de femmes.
  • Assurer que les femmes répudiées mais pas encore divorcées puissent bénéficier des indemnités sur la carte RAMED dont le mari est l’unique détenteur. 
  • Assurer que les centres d’hébergement, y compris ceux gérés par les Espaces multifonctionnels pour les femmes en difficultés (EMFs) restent ouverts pendant toute la période de la crise.
La légendaire Oum Kalthoum a fait son retour, dimanche soir au Théâtre national Mohammed V de Rabat, sous forme d’hologramme,
Selma Benomar a brillé de mille feux sur le tapis rouge de lévènement Caftan 2024! La styliste marocaine a porté,
La maison IO distille depuis 10 ans son savoir-faire au service de la chaussure. Fondée avec passion et dévouement, cette
L’effervescence musicale latine revient cet été avec Casa Anfa Latina, du 21 au 23 juin, à Anfa Park ! Organisé
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4