Coronavirus au Maroc : retour sur 21 jours décisifs pour stopper la pandémie

Le Maroc a enregistré son premier cas confirmé de coronavirus le 2 mars 2020. Le 23 mars, le ministère de la santé fait état de 122 cas, de 4 décès et de 3 guérisons. Et pour contrôler cette épidémie différentes mesures ont été prises dès le 8 mars.

Le 2 mars 2020, un homme de nationalité marocaine, âgé de 39 ans, de retour de Bergame en Italie est testé positif au coronavirus. Ce patient dont l’état ne suscite pas beaucoup d’inquiétudes est guéri et quitte l’hôpital Moulay Youssef le 13 mars. Le second cas de coronavirus est déclaré le 5 mars. Il s’agit d’une maroco-italienne âgée de 89 ans dans un état critique. Elle succombe le 10 mars.
Le 10 mars, c’est un touriste français qui est testé positif à Marrakech. Le lendemain, c’est la femme et la petite fille du touriste qui sont testés à leur tour. À Fès, c’est une franco-sénégalaise de 64 ans qui présente les symptômes du coronavirus. Elle guérit.
Le 13 mars, 2 nouveaux cas sont enregistrés, il s’agit d’un homme de nationalité marocaine arrivé à Casablanca depuis l’Espagne et d’une ressortissante française qui se trouvait à Taroudant.

La cadence va crescendo depuis, et le 14 mars, 10 nouveaux cas sont annoncés. 8 cas concernent des Marocains en provenance d’Espagne, d’Italie et de France. Le neuvième cas est celui d’une femme contaminée par son mari, et le dixième cas est celui de Abdelkader Amara, ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, testé positif suite à une mission effectuée en Hongrie. Le 15 mars,  dix nouveaux cas sont annoncés, et proviennent d’Espagne, de France, d’Italie et d’Autriche. 9 nouveaux cas sont annoncés le 16 mars, ce qui porte le nombre à 37 cas, puis 7 nouveaux cas s’y ajoutent le 17 mars. Le 18 mars, le ministre de la santé annonce que la contamination est désormais locale. Les cas détectés concernent des Marocains, et non plus des voyageurs de retour de l’étranger. Le 23 mars, le pic de 134 cas est atteint à 12h30.
Pourtant, depuis le début de l’épidémie, plusieurs mesures ont été prises afin d’en contrôler l’étendue. C’est ainsi qu’après la fermeture de l’espace aérien à l’Italie, l’Espagne et la France, le Maroc a décidé le 15 mars la suspension de tous les vols internationaux à destination et en provenance de son territoire, pour une durée indéterminée.
Aussi, et afin de lutter contre la pandémie du Coronavirus, le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MEN) annonce la fermeture des crèches, des écoles, des collèges, des lycées et des universités, à partir du 16 mars. Les mosquées et les prières collectives sont également interdites. De son côté, le ministère de l’intérieur ordonne la fermeture ce même jour de nombreux espaces publics et installations du domaine public. Cette décision concerne les cafés, restaurants, salles de cinéma et de théâtre, salles de fêtes, clubs et salles de sport, hammams, salles de jeux et terrains de proximité. L’état d’urgence sanitaire et restreint de la circulation au Maroc est déclaré à partir de vendredi 20 mars à 18h jusqu’à nouvel ordre.

L’urgence sanitaire décrétée impose à tout citoyen de rester confiné dans son domicile sauf pour aller travailler ou pour des nécessités impérieuses (approvisionnement, pharmacie, médecin), et dans ce sens tout citoyen doit se prémunir d’une attestation délivrée par l’employeur ou d’une attestation sur l’honneur signée par l’agent d’autorité de sa commune.
Dans la foulée d’autres mesures ont été prises, comme l’arrêt de la circulation entre les villes depuis dimanche 22 mars et la suspension des vols internes et des trains, et enfin, celle des transports des voyageurs à partir de ce soir à minuit.
L’état d’urgence sanitaire prendra fin le 20 avril prochain, selon un projet de loi adopté par le gouvernement ce dimanche. Toute violation des ordres et décisions des autorités publiques est passible d’une peine d’un à trois mois d’emprisonnement et d’une amende allant de 300 à 1 300 dirhams, ou l’une des deux peines.

 

 

 

 

 

 

 

Jazzablanca a fait son retour, ce jeudi 6 juin, à Anfa Park pour sa 17ème édition. Fidèle à sa marque
Une bonne et intelligente gestion des finances est une des valeurs fondamentales de la vie de couple. Que faire alors
Collège LaSalle Maroc a organisé le 3 juin son prestigieux défilé de mode ‘’Révélations’’, sous le thème de "The World
C’est au quartier Gauthier, que le Radisson Hotel Group a choisi d’installer son deuxième hôtel dans la ville blanche. Le
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4