Anthony Kavanagh Pour le meilleur et pour le rire

Comédien, chanteur, animateur, human beatbox, humoriste, Anthony Kavanagh a de très nombreuses cordes à son arc. En visite au Maroc pour une représentation "test" de son nouveau spectacle au Studio des Arts Vivants, il a accepté de refaire le monde avec nous. Rencontre avec un homme dont le talent n'a d'égal que la générosité.

On dit qu’avec des “si”, onpourrait refaire le monde. Si vousle voulez bien, refaisons ensemblele monde (merveilleux) d’AnthonyKavanagh.

Anthony Kavanagh : Chez nous, on ditaussi qu’avec des “si”, on pourrait couperdu bois (rires)…

Dites-moi, si vous n’aviez pas étél’artiste complet que vous êtes, votrevie, elle ressemblerait à quoi ?

Je ne sais pas vraiment, mais je pense queje serais peut-être devenu avocat ou psychologue.J’ai en effet suivi des cours depsychologie et de droit à l’université, maisj’ai arrêté pour me consacrer pleinement àma passion : la scène. Très vite, à l’âge de 14ans, j’ai décidé que j’allais faire de l’humouret suis monté sur les planches pour la premièrefois. À 17 ans, j’étais artiste à mi-tempset je me produisais dans les comedy clubsde Montréal lorsque je n’étais pas à l’école.À 19 ans, j’ai commencé à exercer de façonprofessionnelle. À l’époque, ma mère m’avaitdit, et ça m’a beaucoup aidé : “Fais ce que tuveux, mais fais le bien”. Mon père, quant à lui,était plus réticent, car dans ma famille, je suisle seul à ne pas avoir au moins une maîtrise.Donc, lorsque je lui ai annoncé que je quittaisl’université, il a eu très peur. Du coup, j’ai faitun marché avec lui. Je lui ai promis que si à22 ans je n’arrivais pas à gagner convenablementma vie, je retournerais sur les bancs dela fac. Et ça fait 25 ans que ça dure !

Si vous aviez été une femme, quellegenre de nana auriez-vous été ?

J’aurais été bonne (rires) ! Une femme fabuleuse,extraordinaire ! Plus sérieusement, jepense que j’aurais été féministe dans l’âme,mais pas forcément à l’extrême. J’auraismilité pour avoir les mêmes droits que leshommes, être payée autant pour le mêmeboulot… Vous savez, je viens du Québec, unpays matriarcal où les femmes dominent, où elles ont des postes à responsabilité. Mêmele chef du gouvernement est une femme, cequi ne l’empêche pas d’être aussi incompétenteque les mecs (rires) ! En fait, j’auraisété un peu comme ma mère… les défauts enmoins ! Ma maman est une femme élégante,instruite, cultivée, forte, très classe. Elle a sufaire tomber pas mal de murs et repousserles limites que l’on pouvait rencontrer dansla société québécoise à l’époque

Si vous aviez été à la place de FrançoisHollande, vous auriez fait quoi pour lemariage gay ?

Je suis à 100 % d’accord avec la décision quia été prise. Si les homosexuels veulent êtreaussi malheureux que les hétérosexuels,laissons-les faire (rires) ! Au Québec, le mariagepour tous existe depuis des années, et jesuis plus surpris qu’autre chose que la Francen’ait pas promulgué une telle loi avant, mêmesi je sais qu’au Maroc, ça n’arrivera pas avantmille ans au moins (rires) !

Si vous aviez été blond aux yeux bleus,ça aurait changé quoi à votre existence ?

Beaucoup de choses ! J’aurais forcément vécud’autres expériences, subi d’autres préjugés,mais je n’aurais pas eu à supporter autant deracisme. La vie aurait été beaucoup plus facile,je pense ; en tout cas en Occident. Mais estceque j’aurais eu la même énergie, la mêmeniaque ? Rien n’est moins sûr ! Dans ma vie,ce sont surtout les “blancs” qui me rappellentchaque jour que je ne suis pas comme eux. Moi,je n’ai pas le sentiment d’être différent. Je suisfier de mes origines et de qui je suis. Je saisqu’au Maroc aussi, il y a encore des plafonds deverre à faire exploser à ce niveau, pour en avoirdiscuté avec certains de vos concitoyens auteint plus basané que les autres. Mais j’ai bonespoir quant à l’avenir et j’espère que mon fils,aujourd’hui âgé de quatre ans, et les enfants desa génération, seront moins confrontés à cetype de jugements.

Si vous étiez le seul survivant aprèsla fin du monde, en possession dequoi et avec quelle personneaimeriez-vous être ?

Ou la ! En possession de quoi ? Un ordinateuravec Internet qui marche !Une fin du monde très très cool quoi(rires) ! Ah, mais je serais le seul survivant? Bon ben, je passerais montemps à mater des films et des séries.Par contre, il m’est très difficile dechoisir une personne, mais jevais formuler la réponse classique: ma femme.

Si vous aviez étémarocain, en quoivotre humour aurait-ilété différent ?

Il y aurait eu de la harissa et du couscousdans mon humour (rires) ! Beaucoup dechaleur, de désert, de plage… Je pense queje ferais moins de vannes sur la religion, parexemple, parce qu’il me semble que c’est unsujet un peu sensible pour les musulmans ;c’est l’image que l’on a de l’extérieur en toutcas. Ah oui, ce qui me fait bien marrer ici,c’est la première chose qu’on voiten arrivant : les douaniersqui font particulièrementla gueule (rires) ! Il y a aussice côté très famille qui estcaractéristique du Maroc, quim’inspirerait, je crois. Maiscomme l’humour est culturel,il faut vraiment être imprégnédu pays pour répondre à cettequestion. Car, tout ce qu’on faiten tant qu’humoriste est influencépar l’entourage et le vécu. â—†

C’est parti pour la huitième édition du très prestigieux concours Ammar Award en faveur des artistes en situation de handicap
Grande gagnante du Défilé Jeunes Talents, Imane Bamouss a séduit le jury par son audace, sa créativité et sa réinterprétation
Du 1er au 13 juillet 2024, 80 femmes représentant 28 pays africains, ont suivi le programme African Women in Tech
Les créations d’Ibticem Larbi sont peuplées de femmes puissantes et de personnages de notre temps. À travers les histoires qu’elle
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4