Alphadi, fondateur du FIMA : « la mode constitue une chance formidable pour l’Afrique »

Pour ses 20 ans, le Festival International de Mode en Afrique (FIMA) pose ses valises à Dakhla du 21 au 24 novembre. Porté par le célèbre styliste Alphadi, ce rendez-vous mode célèbre la créativité africaine dans toute sa splendeur. Entretien.

Le Festival international de la mode en Afrique (FIMA) est organisé pour la première fois au Maroc. Dites-nous en plus sur cet évènement ?

La première édition du Festival international de la mode en Afrique (Fima) a été organisée dans le désert du Tiguidit près d’Agadez (Niger) en 1998. Pour son vingtième anniversaire, nous venons au Maroc pour rendre hommage à l’union africaine, en mettant en avant les valeurs véhiculées par le festival, à savoir la paix, la culture et le développement. SM Mohammed VI nous a honoré de son haut parrainage et de son soutien. Tout cela nous donne des ailes pour que ce festival devienne l’un des meilleurs en Afrique, un festival qui célèbre la création africaine tout en faisant la promotion des jeunes créateurs. Dakhla pourra être une plateforme mondiale de la beauté, de la mode et de la création, une adresse magique qui favorise rencontres, métissage, cohésion, diversité, paix… Autant le Festival met l’Afrique à l’honneur, autant le dernier jour, il réunit le monde entier sur le même podium.

L’un des temps forts du Festival est le concours Top Model. Quelle en est la finalité ?

Le Maroc est la dernière étape pour la sélection des mannequins, car nous avons déjà procédé au choix des mannequins de 22 pays africains. À Casablanca, le 30 août, nous avons sélectionné 24 mannequins (12 hommes et 12 femmes) qui participent à la sélection finale du 7 septembre à Marrakech où où ont été choisies les mannequins qui vont prendre part aux défilés à Dakhla, mais aussi les 2 visages qui représentent la beauté marocaine. Le FIMA constitue un coup de pouce non négligeable pour une carrière mondiale pour les mannequins qui y défilent.
(NDLR : la jeune Soulayma Abdellaoui, originaire de Rabat, a remporté le concours du côté des femmes, tandis que Rachid Tlemseni, de Marrakech a été désigné parmi les hommes. Côté 
concours “Jeunes Créateurs” d’Afrique, ce sont 14 créateurs qui ont été sélectionnés. Parmi eux, 2 Marocains : Intissar Baiz et Youssef Drissi).

Vous portez à bras-le-corps le FIMA depuis 20 ans. Qui est-ce qui continue à nourrir votre passion pour la mode ?

Je suis toujours passionné par la création, mais aussi par une Afrique prestigieuse. Comme vous le savez, je suis ambassadeur et artiste pour la paix à l’UNESCO dans le domaine de la culture et de l’art. Je m’occupe de l’éducation afin d’aider nos enfants à voir en la paix une réalité…  Il faut savoir que la mode constitue une chance formidable pour l’Afrique, et une opportunité qui permet de montrer le dynamisme et le prestige du continent africain.

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4