Meryem Zaïmi, “Zazia est une bouffée d’air frais dans la série”

Actrice polyvalente, magistrale dans ses transformations, Meryem Zaïmi excelle à manier les dialectes et le chant avec une grande aisance. Elle partage avec nous dans cette interview son expérience dans la série "Dar Nsa".

Comment avez-vous été appelée à participer au projet de la série “Dar Nsa” ?

Ma participation à la série “Dar Nsa” a débuté lorsque la société de production et la réalisatrice du projet ont pris contact avec moi, ce qui a instantanément éveillé ma curiosité. En découvrant le scénario, j’ai été séduite par son récit captivant et ses multiples rebondissements, renforçant ainsi mon désir de m’engager dans cette aventure. Le casting, réunissant des acteurs de différentes générations et parmi les meilleurs talents de la scène marocaine, a définitivement confirmé mon choix de participer au projet.

Vous incarnez le personnage de “Zazia”, la voisine curieuse d’Amina, dont les journées sont rendues difficiles. Comment décririez-vous ce personnage ?

Le rôle de “Zazia” a immédiatement captivé mon attention dès ma première lecture du scénario. Au sein d’une histoire dramatique pleine de rebondissements captivants, j’ai été intriguée par cette femme traditionnelle, maladroite mais forte, qui agit par impulsivité et qui est surtout jalouse de son mari, ce qui la rend transparente. Pour moi, “Zazia” représente une bouffée d’air frais dans la série. Bien qu’elle puisse paraître rude et difficile à approcher, elle possède en réalité un grand cœur, croit en l’amour et la solidarité, et comme tout être humain, elle est sujette aux erreurs qu’elle cherche à réparer.

Comment avez-vous réussi à maîtriser à la perfection le dialecte du Nord ?

Je m’intéresse beaucoup à la maîtrise des accents, en particulier l’accent marocain. J’apprécie la diversité des façons de parler et des accents selon les différentes régions géographiques du Maroc. Cette diversité linguistique m’a toujours intriguée. Je me suis souvent retrouvée à observer et à imiter la façon dont les gens s’expriment devant moi, surtout s’ils utilisent un dialecte ou un accent différent du mien. Avec le temps, cela est devenu une sorte de norme pour moi : répondre à quelqu’un en utilisant le même style de langage que le sien. 

Pensez-vous que Zazia sera accueillie de la même manière que Batoul, le personnage que vous avez incarnée l’année dernière pendant Ramadan ?

J’ai réellement pris plaisir à incarner le personnage de “Zazia”, et souvent, lorsque je joue un rôle qui me semble divertissant, les réactions du public reflètent mon propre ressenti et mon opinion sur le personnage. J’ai beaucoup apprécié et ri, j’ai développé un attachement pour “Zazia”, et je m’attends à ce qu’elle soit appréciée du public et suscite une réponse positive des téléspectateurs. Ce qui était également important pour moi, c’est qu’elle est complètement différente et diamétralement opposée au personnage de “Batoul”, et son univers est tout à fait distinct, mais j’ai remarqué qu’elle avait une présence unique et captivante, tant dans sa manière de parler que dans ses faits et gestes. J’espère que cette fois-ci encore, mon pressentiment ne me trahira pas et que le public l’appréciera également.

Du 18 au 20 avril, Rabat vibrera au rythme de la gastronomie marocaine lors du IVème Chapitre des Disciples Escoffier
La deuxième édition des « Nuits du film Saoudien » se tiendra dans 5 pays à travers le monde. Le
À Essaouira, ville portuaire au charme authentique et aux remparts crénelés garants d’un devoir de mémoire, l’hôtel Atlas Essaouira Riad
La CGEM a accueilli ce mardi 16 avril une rencontre économique Maroc-Belgique en présence de Aziz Akhannouch, chef du gouvernement
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4