La bulle des retraites

Des parenthèses « bien-être » hors du temps dans des lieux d’exception, pour se déconnecter de la jungle urbaine, apaiser son âme et se retrouver. Immersion pour un lâcher-prise total dans les retraites de Kenza Ito Mekouar

Que ce soit en bord de mer, en pleine nature ou dans un riad d’exception, les retraites organisées un peu partout au Maroc par Kenza Ito Mekouar, professeure de yoga et psychologue clinicienne, sont particulièrement courues par toutes celles et ceux qui sont en quête de déconnexion, de lâcher prise et de paix intérieure. « C’est une nouvelle façon de voyager et de prendre soin de soi qui compte de très nombreux adeptes de par le monde, et qui commence à avoir un véritable succès au Maroc », note Kenza. Effet de mode ou tendance planétaire, les retraites sont presque  devenues une nécessité pour se débrancher du quotidien et se faire du bien en profondeur. 

« Que ce soit un effet de mode ne décrédibilise pas forcément l’univers des retraites et du yoga, cela  montre au contraire que nous avons plus que jamais besoin de nous retirer, de nous recentrer, de trouver la paix et le calme. Il est même naturel que cette mode advienne, compte tenu du monde dans lequel nous vivons », explique la thérapeute holistique, qui accompagne et guide des groupes très hétérogènes au sein desquels plusieurs générations d’hommes et de femmes s’entremêlent et vivent une expérience humaine puissante ensemble. 

“El Viento”. Sur la plage d’Essaouira, en avril 2023.

On compte toutefois une majorité de femmes car elles ont plus tendance à travailler sur elles-mêmes. “C’est un fait, les femmes se remettent en question, elles interrogent davantage leur place dans le monde, moins évidente et moins facile, et elles sont donc souvent plus nombreuses, que ce soit en thérapie ou en retraite. Il n’empêche qu’il y a des hommes qui viennent pour prendre soin d’eux et qui acceptent de jouer le jeu, de s’ouvrir, d’accueillir leur propre vulnérabilité”, explique Kenza. Ceux-là signent l’amorce d’un changement sociétal, et ils ont tout mon respect et toute mon admiration. Le travail sur eux-mêmes n’enlève rien à leur « masculinité », bien au contraire. 

Une fois par an, Kenza organise une retraite 100% féminine, pour un travail dans la douceur, l’intimité et la sororité. C’est ce moment magique et précieux que nous avons eu le privilège de vivre, guidées par la voix envoûtante de Kenza, par sa bienveillance, son attention et son écoute. Une retraite sublimée par l’ancrage au féminin et au sacré, lors de laquelle le corps devient léger, les sens éveillés, le système détoxifié, l’esprit bercé, l’âme apaisée… Méditations, cours de yoga, guérison par le son, chant, ateliers de respiration, de danse, et autres séances assurent à chaque retraite un cachet particulier et unique.

 

Sur Les Dunes: “The Sound of Silence”, Erg Chegaga en mars 2023.

La voie pour se révéler à soi

« C’est une expérience incroyable » ; « Des moments précieux, chargés en énergie, riches en apprentissages et en rencontres » ; « Des moment de vie, de gratitude et de paix qui resteront à jamais gravés en nous… », répètent à l’envi toutes celles qui y ont pris part.

Car tout le monde a sa place dans les retraites proposées par Kenza Ito Mekouar. Toutes et tous y sont reçus « comme à la maison ». 

Mais alors pourquoi sont-ils de plus en plus nombreux à partir pour chercher cette paix intérieure ? “Parce que nous sommes sur-sollicités et submergés par un monde qui nous en demande beaucoup trop et qui ne laisse aucune place à la richesse introspective. A l’ère du « do », le « feel » s’éteint à petit feu. Le besoin de se retirer et de se laisser porter dans plus de silence, de sobriété, de douceur et de simplicité devient donc essentiel”, répond la psychologue. « Il est urgent, pour beaucoup, de réapprendre à s’écouter, à entendre ses besoins et ses désirs profonds, à écouter son ressenti et son intuition. À faire tomber les masques et les résistances. C’est là tout le travail que doit permettre d’amorcer un voyage initiatique», ajoute-t-elle. 

Mélange de pratiques spirituelles et physiques avec des temps d’intégration et de partage, les retraites proposées par Kenza Ito Mekouar ne sont jamais identiques. Chaque retraite offre l’occasion d’une nouvelle expérience immersive pour se reconnecter à soi-même. Le mental se repose, le stress et l’anxiété sont apaisés… “Grâce à la safe place que parvient à construire Kenza lors de ses retraites, j’ai réussi à me libérer de mes bloquages, à me détacher du regard des autres… Parler en public est devenu plus naturel pour moi”, raconte Meriem. La jeune femme, adepte des retraites de Kenza, a également réussi, grâce à l’accompagnement de cette dernière, à faire un véritable travail de deuil suite au décès de sa mère, et à lever le voile sur certains traumas refoulés et inscrits dans son corps. 

Des pratiques riches et profondes, de l’exploration, et des « clés » pouvant par la suite être intégrées au quotidien, sont offertes aux participants pendant ces instants hors du temps.

La retraite, qui se déroule sur trois à six  jours dans des lieux enchanteurs en osmose avec la nature, ne suit jamais le même déroulement. La thérapeute holistique insuffle à chaque nouveau rendez-vous son énergie et son dynamisme, amenant l’ensemble des participants à vivre un voyage intérieur vers le bien-être physique et mental. “C’est une parenthèse salvatrice … On se connecte à son corps, on le réintègre, on apprend à le vivre. Je veux dire qu’on rééquilibre le corps et l’esprit”, s’extasie Loubna. “Personnellement, ce fut un cheminement vers moi-même qui m’a conduite de la libération à la transformation”, confie Leila, adepte des retraites de Kenza, qui raconte, des étoiles dans les yeux, sa dernière expérience dans les dunes de Zagora. « Dix jours déjà depuis cette magnifique retraite, et toujours cette sensation d’être sur un petit nuage, de flotter… Le temps semble suspendu. Ce fut magique, vibrant, émouvant et libérateur. Je me suis sentie renaître et aujourd’hui, je me sens bénie », témoigne une autre participante.

Un Voyage Intérieur vers le bien-être physique et mental.

Du temps pour soi

D’ailleurs, le processus transformatif de ces voyages, avec tous les remaniements psychiques qu’il suppose et toutes les choses qui, habituellement diluées dans le brouhaha du quotidien, remontent à la surface, va nécessiter une reprise tout en douceur après la retraite, un temps d’intégration. 

C’est pour toutes ces raisons qu’il est essentiel de veiller à choisir la bonne retraite, celle qui est en phase avec ce que l’on cherche. 

Kenza recommande de faire son choix en fonction du thérapeute, des pratiques qu’il propose et du lieu, censé nous appeler. Elle insiste sur un élément fondamental : la confiance. “L’une des clés pour choisir sa retraite, c’est d’aller vers la personne qui nous inspire confiance”. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’elle ne donne jamais ses programmes à l’avance, car elle considère qu’il est essentiel de se laisser porter, de retomber en enfance, de se laisser surprendre. “Lorsque je prenais moi-même mes premières retraites en tant qu’élève , il y a une dizaine d’années, je ne cherchais pas la moindre information ni la moindre image du lieu sur lequel j’allais me rendre. J’avais confiance en mes thérapeutes. Et comme tout ce que je propose provient d’un ressenti profond, relatif à ma propre expérience, il me semble intéressant de ne pas attiser les attentes en donnant trop de précisions aux futurs participants. C’est de cette façon qu’ils peuvent baisser la garde et commencer à lâcher prise, à s’abandonner”.

Il y a toutefois un emploi du temps parfaitement ficelé suivant un fil conducteur qui permet aux pratiques d’aller dans le sens d’une construction et d’une évolution. Et de la même façon, il y a un cadre à respecter : ne pas se laisser distraire, respecter les horaires des cours et profiter de ces moments pour se déconnecter et se recentrer sur soi. 

kENZA mEKOUAR, insuffle aux retraites son énergie et son dynamisme.

La suite est une expérience personnelle que chacun décrit à sa manière.

“Une expérience “Life Chanting” ont affirmé deux participantes de la dernière retraite de Kenza à Essaouira, alors qu’elles venaient initialement pour la pratique physique et posturale, et qu’elles étaient sceptiques quant à la dimension psychique et spirituelle. Preuve que l’on peut changer d’avis. 

D’ailleurs, ajoute la jeune femme, le travail d’une retraite commence chez soi, lorsque l’intention d’y participer naît, et que, pour certains, on décide de dépasser ses préjugés, et de faire l’effort de la curiosité ou, pour d’autres, de ne pas résister à l’urgence de se prendre en main, urgence face à laquelle les à priori sont bien peu de choses. 

Il y a bon nombre d’idées reçues concernant la pratique du yoga. Celle-ci peut en effet intimider ou donner l’impression qu’elle n’est faite que pour certaines personnes. 

Parmi ces idées reçues, il y a celles qui concernent le chant des mantras, qui n’ont pourtant aucune connotation religieuse dans la pratique contemporaine du yoga. “Un mantra est une vibration qui prend tout son sens dans la répétition » précise la thérapeute holistique. Chacun peut avoir son propre mantra, cette phrase courte que l’on peut choisir de répéter pour apaiser le mental, tisser un champ de protection autour de soi et élever les énergies vers plus d’amour et d’union. Quelle que soit notre confession, nous pouvons vibrer ensemble à travers ces chants qui ouvrent le cœur et sont un langage universel : celui du son et de la musicalité, qui signent l’harmonie entre tous, celle que l’on aimerait voir dans le Monde. 

Véritables expériences humaines, les retraites holistiques permettent une (re)connexion puissante à soi-même et aux autres, ainsi qu’un travail en profondeur. Elles s’inscrivent dans cette quête de sens, dans ce besoin d’apaiser l’âme et de guérir ses blessures. En d’autres termes, dans cette envie folle, mais si commune à tous, d’être en paix avec soi-même et avec le monde.

photos psycho moustache et nick pescetto

6 retraites au bout du monde

Envie d’une retraite hors du pays ? Petite sélection : 

Au Vietnam, la retraite Mother Earth Melodies est un programme de rituels apaisant qui inclut une cérémonie des bols chantants et des massages d’ancrage à quatre mains. 

En Thaïlande, le programme de Renaissance Structurelle permet de réduire les tensions liées au stress, guérir les maux de dos, et redonner au corps son état de vitalité maximal.  

En Inde, une retraite ayurvédique complète de 14 jours minimum, au cœur de la nature. Au menu, cuisine ayurvédique, yoga et méditation.

En Autriche, Vivamayr est un centre médical de détoxification original de luxe, pour  une retraite détox. 

En Suisse, Chenot Palace Weggis propose une approche médicale holistique et personnalisée du bien-être dans un environnement luxueux. Son spa médicalisé est conçu pour offrir une variété de traitements intensifs sur mesure qui détoxifient, dynamisent et réinitialisent le corps  et l’esprit.

En Espagne, la Sha Wellness Clinic est conçu autour de programmes de soin pour vous remettre du burn-out, du surmenage, et des soucis de santé tenaces.

 

Photos Psycho moustache, Mehdi mounir et Nick pescetto

 

C’est au quartier Gauthier, que le Radisson Hotel Group a choisi d’installer son deuxième hôtel dans la ville blanche. Le
Emirates compte faire don de milliers de sacs à dos pour enfants fabriqués à partir de matériaux d'avions recyclés. Ces
S’étend sur près de 500 m² , le premier Flagship Store Puma offre une vaste gamme de produits, allant des
Les enjeux de l’IA en Afrique est au cœur du forum de haut-niveau organisé par Ai Movement-UM6P en partenariat avec
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4