Oscars 2023: «Everything Everywhere All At Once» rafle sept statuettes

La comédie déjantée « Everything Everywhere All At Once » a fait une razzia sur les Oscars 2023 dimanche, en remportant sept prix majeurs dont ceux du meilleur film et de la meilleure actrice pour son héroïne Michelle Yeoh, première comédienne d’origine asiatique à recevoir la récompense suprême. 

La déferlante « Everything Everywhere » était annoncée depuis des semaines. Le film qui raconte les aventures d’Evelyn, une propriétaire de laverie surmenée soudainement sommée de sauver une multitude d’univers parallèles d’une force maléfique, avait dominé toutes les remises de prix organisées avant les Oscars.

https://twitter.com/filmevermore/status/1635116154124660737?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1635116154124660737%7Ctwgr%5E8a4e95272a3555c26a32d0751b00239e6cdbcc99%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.h24info.ma%2Fculture%2Fvideos-oscars-everything-everywhere-all-at-once-rafle-sept-statuettes%2F
 

Avec son casting majoritairement asiatique, ce long-métrage loufoque s’impose comme un symbole pour Hollywood, souvent critiqué ces dernières années pour son manque de diversité.

« Merci à l’Académie, ceci est l’Histoire en marche », a lancé la Malaisienne Michelle Yeoh, héroïne du film et première actrice d’origine asiatique récompensée par l’Oscar de la meilleure actrice.

Créateurs loufoques

Dans le film, son personnage d’immigrée chinoise doit se battre contre l’alter ego de sa fille dépressive, qui menace le « multivers » tout entier. Pour y parvenir Evelyn doit utiliser les pouvoirs de ses différentes vies alternatives, en visitant des mondes souvent complètement timbrés, où certains humains ont par exemple des doigts en forme de hot dogs.

Le duo de créateurs loufoque derrière le film, Daniel Scheinert et Daniel Kwan, s’est lui partagé l’Oscar du meilleur réalisateur.

Sur scène, le premier a remercié ses parents d’avoir toujours soutenu son côté foldingue.

« Merci de ne pas avoir écrasé ma créativité lorsque je faisais des films d’horreur dérangeants ou des comédies perverses, ou que je m’habillais en drag queen lorsque j’étais enfant », a-t-il lâché.

 

Les autres stars du film, Ke Huy Quan et Jamie Lee Curtis, ont eux fait main basse sur les statuettes des meilleurs seconds rôles. Ils ont chacun fondu en larmes sur scène.

L’acteur d’origine vietnamienne, qui incarne le mari maladroit d’Evelyn dans le film, prend notamment une revanche éclatante sur une industrie qui l’avait complètement oublié. Révélé à 12 ans par « Indiana Jones et le Temple Maudit » en 1984, il avait renoncé à sa carrière de comédien dans les années 90, face au manque d’opportunités pour les acteurs asiatiques.

« Je n’arrive pas à croire que cela m’arrive à moi. C’est le rêve américain », s’est-il étonné.

Pour son concert lors de la 27ème édition du Festival des musiques sacrées du monde de Fès, Kim Burrell sera
Ancrées dans les traditions mais s’inscrivant dans la contemporanéité, les tenues de Ghita Lahrichi composent une silhouette beldi-chic reconnaissable entre
Une robe à manches bouffantes, des ballerines ultra-tendances et des bijoux fins et raffinés… Voyons la vie en rose avec
une composition d'un bel effet pour une salade gourmande.
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4