La Source du Lion fête le quart du siècle

La Source du Lion fête le quart de siècle. Le projet né de l'initiative de l'artiste plasticien Hassan Darsi explore une multiplicité d'expressions artistiques. Il s'agit, comme la décrit son initiateur, d'une "superposition d'énergies" créatrices.
Accompagné par la fondation néerlandaise Prince Claus dans le cadre de son projet d’espaces alternatifs de coréflexion Mobile Labs, Hassan Darsi présente aujourd’hui un livre qui retrace les vingt cinq années de vie de la Source du Lion, à travers les contributions de plusieurs chercheur et artistes, dont Abdelmajid Arrif, Omar Berrada, Driss Ksikes et d’autres, en mettant l’accent sur le projet une heure/une œuvre qui a permis à différents artistes issus de différents bords, d’échanger leurs savoirs, leurs
visions et leurs réflexions. Une approche que l’artiste Hassan Darsi décrit comme « un acte ultime de générosité ».

Les travaux de l’artiste, qui tentent de décrypter le rapport de l’humain à l’espace, ont depuis longtemps animé ses réflexions, comme en témoigne son œuvre sur la réhabilitation du parc de l’Hermitage à Casablanca. L’approche, évoquée par le curateur Abdellah Kerroum, distingue le lieu de l’espace. « Le lieu est une destination, il porte une dimension physique, alors que l’espace est une dimension créée »; souligne avec beaucoup de justesse le commissaire d’exposition et par ailleurs fondateur du lieu de création contemporaine l’Appartement 22, à l’occasion de la table ronde, organisée le jeudi 18 mai à la galerie ThinkArt à Casablanca.

Lors de cet événement, la question de l’appropriation de l’espace public à travers l’art était au carrefour des échanges entre artistes, intellectuels et chercheurs en sciences sociales. D’ailleurs, l’universitaire Driss Ksikes, qui dirige un groupe de réflexion sur le décolonialisme soutenu par le Conseil arabe des sciences sociales, ne manque pas de dresser un parallèle entre son sujet de recherche et l’appropriation de l’espace public qui comporte une dimension de plaidoyer : « sur les 450 lieux de culture dont disposent le Maroc, entre lieux culturels appartenant au ministère, les centres culturels communaux et les maisons de jeunesse, il y a un réel problème de délégation au profit des associations »

Jazzablanca a fait son retour, ce jeudi 6 juin, à Anfa Park pour sa 17ème édition. Fidèle à sa marque
Une bonne et intelligente gestion des finances est une des valeurs fondamentales de la vie de couple. Que faire alors
Collège LaSalle Maroc a organisé le 3 juin son prestigieux défilé de mode ‘’Révélations’’, sous le thème de "The World
C’est au quartier Gauthier, que le Radisson Hotel Group a choisi d’installer son deuxième hôtel dans la ville blanche. Le
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4