Sur la route du Mondial 2023

Tous les regards sont fixés sur l’équipe nationale féminine de football qui participe pour la première fois de son histoire à la Coupe du monde. Un challenge que les Lionnes de l’Atlas prennent très au sérieux. Réussiront-elles à tutoyer les étoiles ?

Vendredi 16 juin 2023. 17h30. Les lionnes de l’Atlas réunies au Complexe Mohammed VI à Salé, retrouvent leur coach et son staff sur le terrain pour une séance d’entraînement. Reynald Pedros a convoqué un groupe élargi de 36 joueuses avant d’annoncer lundi 19 juin la liste des 28 qui feront le déplacement en Autriche pour une deuxième phase de préparation, suivie d’un troisième stage à Melbourne. À l’issue de cette dernière étape, le sélectionneur dévoilera la liste des 23 qui prendront part à la prochaine Coupe du Monde du football féminin, prévue en Australie et en Nouvelle Zélande à partir du 20 juillet.

“Reynald Pedros a pris en charge l’équipe féminine du Maroc en novembre 2020. Depuis, il a élevé le niveau de cette sélection. Il privilégie une approche équilibrée, qui combine une défense solide et une attaque efficace. Cela s’est vu de manière très claire à la Coupe d’Afrique des Nations Féminines, où les Lionnes de l’Atlas ont marqué neuf buts et n’en ont encaissé que cinq, dont un seul en phase de groupes. Le sélectionneur français a su insuffler à ses joueuses un véritable esprit de compétition, de combativité, avec beaucoup de clarté dans les idées et de confiance dans l’aptitude de son groupe à atteindre ses objectifs”. C’est ainsi que le site de la FIFA dédiée à la Coupe du Monde féminine 2023 présente le sélectionneur national qui ne cache pas ses ambitions d’aller le plus loin possible dans cette compétition planétaire. Des ambitions légitimes pour un coach qui a déjà écrit un chapitre de l’histoire du football féminin marocain en emmenant ses joueuses à la Coupe du Monde, au bénéfice de sa victoire en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Féminine 2022. Ce sera une première pour l’équipe du Maroc qui devient ainsi le premier pays arabe de l’histoire à prendre part au tournoi.

Les Lionnes De L’Atlas ont suivi au Complexe Mohammed VI un programme intensif de préparation.

Le coach national peut compter sur des joueuses expérimentées telle que la capitaine Ghizlane Chebbak qui a commencé à jouer dans une équipe de garçons à une époque où il n’y avait pas encore de clubs féminins. Après un passage dans des clubs de Casablanca et Lâayoune, elle finit par atterrir à l’AS FAR où elle s’impose comme un élément phare de cette équipe qui glane titres et trophées et finit par décrocher le brassard de capitaine. “C’est une joueuse emblématique de l’équipe du Maroc, une sorte de guide de cette équipe. C’est une joueuse qui a énormément de talent, très à l’écoute et avec beaucoup d’expérience. Elle aussi va découvrir la Coupe du Monde pour la première fois, mais elle est très importante pour le groupe parce qu’elle est admirée par de nombreuses joueuses, notamment celles qui jouent avec elle ou la rencontrent lors des matches de championnat. C’est le symbole du football féminin marocain”. Reynald Pedros compte beaucoup sur le talent, l’expérience et la détermination de sa capitaine de faire un beau parcours en Coupe du Monde. Ses coéquipières à l’AS FAR, qui composent l’ossature de cette équipe nationale savent l’importance de Ghizlane et son poids dans l’équipe, tout comme les joueuses venant des clubs européens et qui ont déjà eu l’occasion d’évoluer à ses côtés puisqu’elle est régulièrement sélectionnée en équipe nationale depuis 2007.

Un peu moins régulière, mais tout aussi talentueuse, Fatima Tagnaout est le feu follet de cette équipe. Reynald Pedros pense qu’elle “est aussi très talentueuse, mais imprévisible. Elle peut autant faire la différence qu’être nonchalante, c’est peut-être ce petit quelque chose qu’il faudra régler. Elle mériterait d’aller jouer ailleurs en Europe pour s’aguerrir encore plus”. L’expérience de la Coupe d’Afrique de cette native de Casablanca évoluant au poste d’ailière gauche à l’AS FAR. “Tagnaout est un véritable poison pour les équipes adverses. Son pied gauche fait la différence, ses dribbles peuvent éliminer n’importe quelle joueuse qui se met devant son chemin, sans oublier sa précision dans les passes et dans les coups de pieds arrêtés. Ce n’est pas pour rien qu’elle a été désignée ‘Woman of the match’ lors du match face au Sénégal (1-0), troisième journée de la phase de groupe de cette CAN TotalEnergies”, lit-on sur un article publié sur le site de la CAF.

Séance d’entraînement pour les gardiennes de buts.

Tout aussi importante dans le groupe et auteur d’un bon parcours lors de la CAN, Khadija Er-Rmichi, élue meilleure gardienne de cette édition 2022, a gagné sa place dans les bois de l’équipe nationale en se montrant décisive lors de la séance de tirs au but en demi-finale contre le Nigeria. Reynald Pedros compte sur elle “C’est une bosseuse. Elle doit rester concentrée sur sa performance, car on aura besoin d’elle en Coupe du Monde”, souligne le coach. Sera-t-elle titulaire ou cèdera-t-elle sa place à Inès Arouaissa, gardienne de l’AS Cannes évoluant désormais en troisième division du championnat français ? Au terme des phases de préparation, le sélectionneur tranchera pour le bien de son équipe. En tout cas, c’est une occasion inespérée pour l’une des joueuses les plus capées en équipe nationale du Maroc depuis qu’elle a intégré la sélection en 2010, ayant remporté de nombreux titres et trophées en championnat et en compétitions nationales et régionales. Une prestation brillante en Coupe du Monde sera une belle consécration pour la gardienne marocaine de 33 ans.

Les protégés de Reynald Pedros feront preuve de talent et d’intelligence technique et tactique.

La détermination, l’abnégation et la rage de vaincre seront donc, en plus du talent, de l’expérience, de l’intelligence technique et tactique, des valeurs clés que l’entraîneur veut faire valoir pendant cette Coupe du Monde, alors qu’il va affronter les meilleures nations mondiales, à commencer par l’Allemagne, classée 2ème. Reynald Pedros sait qu’il peut compter sur des joueuses comme Elodie Nakkach évoluant en Suisse au Servette Genève, dont il pense le plus grand bien. “Elodie ne sait pas faire les choses à moitié, c’est un exemple de rigueur, d’engagement et de travail. Je sais qu’elle donnera toujours le maximum”, estime-t-il. Une appréciation traduite dans les faits puisqu’il vient de la nommer 2ème capitaine après Ghizlane Chebbak. Deux grandes joueuses qui se complètement et qui feront du bien au groupe, grâce à leur leadership et leur exemplarité sur le terrain et dans les vestiaires.

Avec Yasmin Mrabet, replacée derrière en sélection alors qu’elle joue plutôt au milieu dans son club en Espagne, Levante, la défense de l’équipe nationale se porte bien. “Elle est très à l’aise techniquement, capable de combattre avec les meilleures”, pense le coach qui cherche le parfait équilibre entre la défense et l’attaque pour essayer de marquer sans encaisser de buts. Devant, Rosella Ayane, l’attaquante de Tottenham doit être en super forme. “Elle peut ne pas être assez percutante de temps en temps, mais elle est très importante pour l’animation offensive parce qu’elle a une qualité de course qui peut lui permettre de mettre des buts”, selon Reynald Pedros.

De gauche à droite, Sarah Kassi, Fatima Tagnouat Et Yasmin Mrabet.

Dans toutes les équipes, il y a des joueuses clés, capables de faire la différence à tout moment. La sélection marocaine, pour sa première participation en Coupe du Monde va certes compter sur les Chebbak, Er-Rmichi, Mrabet, Ayane, Tagnaout et d’autres stars de l’équipe nationale, mais le point fort du onze qui affrontera l’Allemagne, la Colombie et la Corée du Sud reste sans doute le collectif. Reynald Pedros mise sur le talent individuel de ses joueuses, mais surtout sur ce qu’elles sont capables de faire ensemble pour surprendre et passer le premier tour. Aller en huitièmes de finale pour une première participation est un objectif ambitieux, mais pas impossible. Pour l’instant place à la préparation athlétique et tactique et sur le terrain, celles qui seront choisies pour défendre les couleurs du Maroc, feront tout ce qu’il faut pour aller le plus loin possible. 

C’est dans la douceur de vivre méditerranéenne que New Tangier présente une nouvelle collection fluide, acidulée et résolument décontractée. La
C’est l’été, les températures montent, quoi de mieux que de rester au frais et de binge watcher sur Netflix. Si
Si en 2023 une blessure a empêché, quelques jours seulement avant le début de la saison à Hawaï, "le lion
L’artiste Faiçal Adali, reconnu pour son approche innovante et sa capacité à capturer l'essence de la culture marocaine tout en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4