Violences faites aux femmes : le terrible état des lieux fait par l’association MRA

N’oublions pas. A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes célébrée le 8 mars, l’association Mobilising for Rights Associates (MRA) rappelle, à travers une série de données, la dure réalité des violences faites aux femmes au Maroc.

En huit points, l’association Mobilising for Rights Associates (MRA) revient, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes célébrée le 8 mars, sur les violences dont sont victimes les femmes au Maroc. Un tableau sombre mais bien réel… 

  1. Sept auteurs de violences sexuelles sur 10 sont des hommes appartenant à l’entourage personnel et intime des femmes. La violence sexuelle par un auteur inconnu est l’exception – moins de 7% des cas.
  2. En 2019, il y a eu presque quatre fois plus de poursuites pour relations sexuelles hors mariage en vertu de l’article 490 du Code pénal (15 192 poursuites) que toutes les poursuites pour féminicide, viol, coups et blessures entraînant une incapacité supérieure à vingt jours, harcèlement sexuel dans l’espace public, harcèlement sexuel sur le lieu de travail et violation d’une ordonnance de non-contact toutes combinées (4052 poursuites).
  3. Dans la majorité des viols, l’agresseur a utilisé la pression verbale et la coercition, la fraude et les fausses promesses, la manipulation et les menaces comme moyens de coercition, ou des situations dans lesquelles les femmes étaient incapables de donner leur consentement. La majorité des cas de viol n’entraînent pas de blessures physiques visibles.
  4. Les incidents de violence ponctuels sont l’exception. La violence contre les femmes est le plus souvent fréquente et répétée, et ont lieu sur une longue durée.
  5. Les femmes mariées ne signalent pas les violences parce que le viol conjugal n’est pas criminalisé et parce qu’elles seront renvoyées au domicile conjugal. Les femmes célibataires ne signalent pas les violences car elles risquent d’être poursuivies pour relations sexuelles hors mariage.
  6. Les réponses des forces de l’ordre, du secteur de la justice et du système de santé aux violences faites aux femmes se concentrent sur la relation entre l’auteur et la victime, plutôt que sur l’acte violent lui-même.
  7. Malgré l’existence de mesures de protection dans le Code pénal et le Code de procédure pénale, celles-ci sont très rarement émises par les acteurs du système judiciaire dans les affaires de violence à l’égard des femmes.
  8. Les mobiles les plus courants pour auteurs des violences faites aux femmes sont de faire de la pression ou la contrainte sur la femme pour entretenir une relation intime, l’extorsion ou la fraude pour obtenir de l’argent de la femme, et de se dérober des obligations légales en matière familiale.
Upcycling, créativité & éco circularité, le nouveau projet créatif de Label Oued visant à promouvoir l’égalité des genres et la
Univers longtemps accaparés par les hommes, la bande dessinée et les romans graphiques sont devenus, au cours de ces dernières
Lancée en juin 2022 aux Émirats arabes unis, la marque de joaillerie Maveroc, créée par Rita Chraibi et Ibrahim Lamrini
« Ma vie est brisée », c’est l’intitulé du rapport porté par Amnesty International sur l’urgence de dépénaliser l’avortement au
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4