Science, sexe et séduction !

Il arrive parfois aux scientifiques d'avoir de drôles de sujets de recherche, sur tout quand il s'agit de mettre les couples sous la loupe ! Du profil de l'infidèle type aux secrets des couples qui durent, FDM a déniché le top 10 des études qui étonnent, interpellent ou font carrément rigoler. Florilège.

Baisers, galipettes, mots d’amour… l’ordonnance pour être au top ! 

On ne badine pas avec le couple ! D’après des chercheurs britanniques, il faut se “forcer” à suivre une discipline très stricte pour assurer un mariage heureux et pérenne. Il convient tout d’abord d’échanger quatre baisers par jour. Il faut ensuite avoir trois rapports sexuels par semaine, l’étude ne précisant pas à quelle heure de la journée ou de la nuit. Et d’après les mêmes chercheurs, très inspirés soit dit en passant, un mari et une femme devraient également se dire “je t’aime” une fois par jour ! Le fait de partager au moins deux activités ensemble et de s’accorder deux repas romantiques par mois a aussi son importance pour garantir une relation durable. Vous voilà munies de l’ordonnance du bonheur conjugal !

La “formule magique” des couples qui durent

Cette étude nous vient de Suisse, et son adaptation au cas marocain pourrait rencontrer certains problèmes. Mais la formule est tout de même bonne à connaître !Ce sont des chercheurs de la Haute Ecole de gestion de Genève qui ont étudié, sur une durée de cinq ans, 1.074 couples vivant en Suisse. Ils ont établi une sorte de “formule magique” qui détermine la probabilité de leur séparation… ou non. Selon ces chercheurs émérites, pour durer, mieux vaut être de la même nationalité et ne jamais avoir subi de rupture dans sa vie amoureuse. Enfin, l’homme devrait avoir cinq ans de plus que sa compagne et une formation inférieure à celle-ci. Les rapports de cause à effet ne sont pas détaillés, mais sait-on jamais !

Les hommes aux fourneaux sont plus désirables !

Cette étude américaine serait certainement du goût de la quasi-majorité des femmes ! Elle conclut que les couples dans lesquels l’homme participe plus souvent aux tâches ménagères ont une vie sexuelle plus épanouie. Selon cette étude de sociologie de l’université de Riverside en Californie, quand les hommes partagent les tâches ménagères, leur femme les trouve plus attirants ! Ces épouses seraient par ailleurs moins stressées par la balance travail-foyer. De plus, elles interpréteraient ces contributions masculines aux travaux domestiques comme une preuve d’amour et d’attention. Résultat : plus de désir éprouvé pour leur conjoint. Alors messieurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour faire craquer votre moitié !

Plus d’orgasmes avec les hommes riches

Allez savoir pourquoi les chercheurs s’intéressent à la relation entre la santé financière des hommes et la qualité de l’orgasme de leur compagne… Quoiqu’il en soit, des scientifiques britanniques nous apprennent que plus l’homme est riche, plus la femme serait épanouie sexuellement. Selon ces chercheurs de l’université de Newcastle, “la fréquence des orgasmes chez une femme s’accroît en fonction de la bonne santé financière de son partenaire”. Edifiant ! Delà à conclure que les préoccupations matérielles peuvent nuire à l’épanouissement sexuel, il n’y a qu’un pas… qu’on n’ose pas franchir tant qu’il n’y a pas d’étude pour nous le prouver !

“DES CHERCHEURS ONT CONSTATÉ QU’UNEBONNE SANTÉ SEXUELLE PROLONGERAITL’ESPÉRANCE DE VIE DE 10 ANS !”

Les maris qui gagnent moins que leur femme, les trompent plus…

L’argent dans le couple inspire décidemment les scientifiques des deux côtés de l’Atlantique ! Selon une étude, américaine cette fois, plus les hommes sont économiquement dépendants de leur partenaire, plus ils sont susceptibles de la tromper. A l’inverse, plus une femme dépend financièrement de son mari, moins elle risque de lui être infidèle. Et ironiquement, les hommes qui gagnent beaucoup plus que leur compagne sont également plus enclins à commettre des écarts. “D’un côté, les hommes qui gagnent moins que leur femme peuvent se sentir atteints dans leur identité masculine, remettant en cause la notion traditionnelle selon laquelle ils doivent subvenir aux besoins de leur famille. De l’autre, les hommes qui gagnent beaucoup plus d’argent que leur femme peuvent avoir une activité professionnelle qui offre plus d’occasions d’adultère avec de longues heures passées au bureau, des voyages et de plus forts revenus qui rendent l’infidélité plus facile à dissimuler”, conclut l’étude. Les hommes les plus fidèles seraient ceux dont la femme gagne 75 % de leurs revenus… A méditer !

Les femmes sont aussi infidèles ?

Toujours à propos d’infidélité… On dit souvent que les femmes sont plus fidèles que les hommes. Détrompez-vous! Selon une étude américaine, menée par l’université de Bradley sur des femmes de 48 pays différents, si les hommes semblent tromper leur compagne à la vingtaine, les femmes ont plutôt tendance à franchir le pas à la trentaine. L’infidélité de l’homme ou de la femme dépend également de la culture. Il y aurait par ailleurs plus d’infidélité au sein des populations comportant plus de femmes que d’hommes.

Le sexe, c’est bon pour la santé !

De nombreux scientifiques se sont penchés sur le lien entre la santé et la sexualité. Il en ressort à chaque fois que le sexe est bon pour la santé ! Des chercheurs ont par exemple constaté qu’une bonne santé sexuelle est associée à plus de bonheur et de bien-être, et à une plus grande longévité. Faire l’amour trois fois par semaine prolongerait même l’espérance de vie de 10 ans !Les galipettes seraient par ailleurs un excellent moyen pour réduire les risques cardiaques et se protéger de divers cancers. De plus, l’activité sexuelle faciliterait le sommeil : les rapports sexuels libèrent des endorphines qui favorisent la relaxation, et donc, l’endormissement…Et puis sachez enfin que faire l’amour serait un antidouleur naturel particulièrement efficace. Vos prouesses sous la couette seraient ainsi comparables à la prise de deux cachets d’aspirine… Oups, avec ça, l’excuse du mal de tête ne fera plus l’affaire !

Heureux en couple, moins stressés au boulot !

C’est tout à fait logique, me diriez-vous. Mais des scientifiques l’ont tout de même prouvé. Il s’agit d’une équipe de chercheurs suédois qui s’est penchée sur la question, et qui a démontré qu’une vie à deux épanouie réduit les effets négatifs du stress sur notre santé. Mais s’il a relation fonctionne mal, ces effets négatifs sont à l’inverse augmentés. L’enquête a aussi démontré que les femmes qui vivaient une relation tumultueuse étaient beaucoup plus angoissées, présentaient plus de symptômes de stress, et même d’insomnie, que les femmes heureuses en ménage. Le mystère de vos collègues tout le temps radieuses au boulot est enfin élucidé, non ?

Trajet trop long, mariage plus court !

Une étude suédoise tend à prouver que travailler loin de son domicile augmenterait les risques de divorcer. Selon les chercheurs qui ont initié cette étude, lorsque le mari a un trajet entre son domicile et son lieu de travail qui lui prend plus de 45 minutes, les risques de divorce subissent une augmentation de 40 % ! Selon cette même étude, les femmes préfèrent, en général, trouver un travail proche de leur domicile quitte à être moins bien rémunérées. Cela leur permet de pouvoir gérer la maison et la famille. Ce que l’étude ne nous dit pas ,c’est ce qui se passe lorsque les deux partenaires travaillent loin de chez eux…

“SELON UNE ÉTUDE ITALIENNE, LES FEMMESQUI MANGENT RÉGULIÈREMENT DU CHOCOLATONT PLUS D’ORGASMES QUE LES AUTRES.

Le chocolat et les femmes…toute une histoire !

Les femmes qui craquent plus facilement sur le chocolat auraient un plus gros appétit sexuel ! Selon une étude de l’hôpital San Raffaele de Milan, les femmes qui mangent régulièrement du chocolat ont plus de désir sexuel et plus d’orgasmes que les autres. Selon les chercheurs, le chocolat pourrait avoir un impact physiologique positif sur la sexualité féminine, même si ce lien reste à prouver… Alors, envie d’une douceur ? â– 


L’initiative vient en réponse au nombre croissant d’incidents dans le système de transport public du Pakistan impliquant le harcèlement et
Latifa Chérif, présidente de l’association Le ruban rose dresse pour nous, à l’occasion de La journée mondiale de lutte contre
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4