Rêve de Caftan

Fraîchement de retour au bercail après des études en France où elle a baigné dans un milieu très cosmopolite, Fatima-Ezzahra El Jaouhari a multiplié les expériences au cinéma, au théâtre et à la télévision... Volubile, elle parle avec spontanéité et décontraction, de son parcours, du caftan, avec un petit et un grand "c", évoquant avec plaisir la télévision et le Maroc de son enfance. Interview 100 % girly...

FDM : On vous a vue à la télé, en tant que comédienne et en tant que présentatrice. Parlez-nous de votre parcours ?
Fatima-Ezzahra El Jaouhari : En parallèle à des études de psychologie et de communication en France, j’ai fait du théâtre universitaire et j’ai très vite pris goût à la scène. Après quelques expériences au cinéma dans des courts métrages et à la télévision, j’ai décidé de rentrer au Maroc où bon nombre de mes amis sont artistes… Ma première opportunité au Maroc m’a été offerte par Aziz Saâdallah qui m’a donné un rôle dans sa sitcom “Bent Bladi” diffusée sur 2M.


Comment en êtes-vous venue à présenter Caftan ?
J’étais sur un tournage avec Wafaa Faraj, qui fait partie de l’équipe en charge de l’organisation de l’événement, et c’est elle qui m’a proposé de participer à Caftan. Elle m’a expliqué que les organisateurs cherchaient une présentatrice marocaine par rapport à la thématique de cette année “Vogue Zaman”. Elle connaissait mon expérience en tant que présentatrice du Festival du Court Métrage de Tanger et du Festival International du film de femmes de Salé.


A ce propos, que pensez-vous de cette thématique ?
Je dirai qu’il était temps. Ce retour aux sources s’imposait. Pour moi, le caftan c’est l’image du Maroc. Il est enraciné dans le passé, avec un pied dans le monde et dans le futur. Par ailleurs, je trouve la désignation du thème magnifique et bien trouvée. Elle traduit tout simplement l’identité marocaine car chaque Marocain “vogue sur le zaman” au quotidien, en jonglant avec la tradition et la modernité. Je pense aussi que cette année, Caftan est engagé parce que 15 ans c’est l’âge de la maturité qui réconcilie le passé et l’avenir.


Qu’évoque le caftan pour vous ?
Il m’inspire beaucoup de choses et en premier lieu, la fête. Et du fait qu’on le porte occasionnellement, pour des événements importants, c’est le vêtement qu’on prend le temps de choisir et souvent, de faire faire sur mesure. C’est aussi un atout de beauté féminine qui symbolise l’élégance marocaine par excellence.


Que pensez-vous de l’apport des jeunes créateurs au caftan ?
Si le caftan pouvait parler, il aurait réclamé d’être revisité par de jeunes créateurs. C’est pour moi la meilleure chose qui pouvait lui arriver car ils lui apportent un nouveau souffle, une énergie, sans tourner le dos au travail des générations précédentes de stylistes. C’est aussi le plus bel hommage que cette nouvelle génération de stylistes pouvait rendre à la femme marocaine car ils auraient pu s’intéresser à une mode occidentale en s’inspirant du travail des stylistes internationaux mais ils ont préféré le costume traditionnel. Leur originalité et leur audace suggèrent à la femme de s’habiller pour éblouir !


Quel est, pour vous, le caftan idéal ?
Celui qui reflèterait ma personnalité, qui serait à l’image de ce que je suis à l’intérieur. Le caftan idéal serait une pièce unique qui symboliserait le mariage parfait entre l’élégance et le glamour.


Et pour le grand jour, robe de mariée ou caftan blanc ?
C’est juste LA question qui me hante ! Comme je n’ai pas réussi à résoudre ce dilemme, et pour cause… (Elle se jette sur son smartphone pour me montrer la photo d’une robe sublissime !!! De quoi me faire perdre mon latin en plein interview…) Donc finalement, ce sera les deux. L’ouverture du mariage se fera en caftan blanc et la clôture en robe blanche.

Comment vous sentez-vous à J-1 de Caftan ?
J’ai une énorme boule dans le ventre. Il ne s’agit pas de la peur de monter sur
scène, je pense avoir suffisamment d’expérience, mais parce c’est Caftan, l’événement que, petite, je regardais à la télévision avec ma mère. Et aujourd’hui, j’ai l’opportunité de faire partie de ce rêve car c’est ce que représente Caftan pour moi. Et le fait de présenter l’événement en duo avec M. Atik Benchiguer, une figure emblématique de la télévision de mon enfance, c’est tout simplement la cerise sur le gâteau !

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4