L’identité nationale à la sauce marocaine !

En France, le débat sur l'identité nationale a suscité la polémique. Et si on se penchait sur la nôtre, tout aussi complexe de part le melting-polt de couches et de genres sociaux, les différents courants tradi-modernistes et l'amour râleur qu'on éprouve pour notre pays...

Nous et le plus beau pays du monde

Le fait est incontestable : chaque Marocain et Marocaine est attaché (e) à son pays viscéralement.

Des Marocains de souche aux bi- nationaux, en passant par les RME qui y

reviennent régulièrement, on retrouve cette mystérieuse attraction pour une contrée

qui les épuise (quand ils y vivent) et leur manque affreusement (quand ils s’en éloignent).

Une identité partagée qui trouve son socle dans son slogan fondateur : “Dieu, la

patrie et le Roi”, avec la merveilleuse darija qui n’appartient qu’à nous et le mélange de

cultures arabo- berbéro- franco- espagnole qui nous caractérise. En deuxième rang, il y

a aussi le fait d’aimer le couscous et de boire le thé à la menthe, de reconnaître un gendarme

local parce qu’il porte la moustache ou de reporter toujours la faute sur les

autres (ex : ce n’est pas toi qui a raté le train ; c’est lui qui est parti sans toi etc…). On

jouit également d’un espace de modernité ancré dans la tradition qui ne trouve son

équivalent nulle part ailleurs, conduisant à une schizophrénie de comportement que le

Marocain a adoptée comme faisant partie du cours normal des choses. On peut alors

croiser des arrivistes pieux en 4/4, des nouvelles vierges à l’hymen refait ou des parents

arabophones qui ont placé leurs gosses à la Mission.

A l’évidence, dans toute cette cacophonie, se trouver un référent en béton, valable

pour tout le monde, reviendrait à devenir vite fou. Si la question cruciale de l’assimilation

des immigrés, et des musulmans en particulier, a déclenché le débat en France, que

pouvons- nous dire, nous, de notre identité nationale, largement débordée par les différentes

populations maroco-marocaines en lice ? Car, qu’ont finalement, en commun,

les nantis occidentalisés et coupés de la base avec la classe moyenne laborieuse ? Les

islamistes avec les défenseurs de la laïcité ? Ceux qui s’affichent fiers de nos dix siècles

d’histoire avec ceux qui les jugent arriérés et anachroniques avec le présent ? Celles qui

portent le voile et les autres qui les narguent en mini- jupe ? Les fans de Desperate

house wives et les groupies de la chanteuse Haïfa siliconée ? Réponse : pas grand-chose !

Et si la cohabitation ne dérange personne, elle s’effectue pourtant en parallèle.

L’explication : tout ce beau monde a poussé à la va-vite, embrassant les valeurs (ou l’absence

de valeurs parfois) de son milieu qui ne lui a inculqué que la façon d’être et de

penser d’un microcosme donné. Sortis du régionalisme, on a atterri sans crier gare dans

la mondialisation et chacun s’est servi n’importe comment et égoïstement comme

d’habitude. Oubliant que l’identité nationale est aussi à pétrir dans un esprit de citoyenneté…

Quand l’Education nationale est en faillite, que les politiques sont atones et que

le champ social indique tout et son contraire, il est attendu qu’on ne se retourne plus

vers nous-mêmes mais vers l’extérieur (et pas toujours dans ce qu’il a de meilleur). En

terme d’identité nationale, ce sont donc malheureusement les paraboles, les temples

de consommation ou le mimétisme aveugle qui remportent la mise !

Situé à l’hôtel Jadali, au cœur du paisible et verdoyant quartier de l'Hivernage à Marrakech, le Spa Yemaya est une
“ L'amour nous envahit d’un bonheur enivrant et nous nous sentons soudain merveilleusement vivants.”
Les boxeuses Oumayma Belahbib et Leila El Ksiri se préparent pour le tournoi de qualification olympique (TQO) mondial, programmé du
Le 1er événement automobile et sportif 100% féminin revient du 12 au 27 avril. 400 gazelles, dont 21 Marocaines, vont
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4