Les Jardins d’Inès by Christophe Leroy

Quoi de plus agréable qu'un déjeuner en famille, autour de mets raffinés, au bord d'une piscine sous un ciel azur ? C'est ce que vous proposent "Les Jardins d'Inès", une adresse que j'ai testée et que je vous recommande sans une once d'hésitation !

L’ambiance

L’ambiance est sans conteste l’un despoints fort de ce boutique-hôtel niché aucoeur de la Palmeraie. À l’entrée, “3wicha”,la chamelle, accueille les convives pour leplus grand plaisir des petits et des grands,auxquels une petite virée dans le jardin estproposée. La vaste entrée franchie, on esttout de suite transporté dans une atmosphèrepaisible… verte et fleurie ! Un bonheurpour les citadins avides de nature verdoyanteque nous sommes. Pour atteindrele pavillon central, d’inspiration coloniale,où sont dressées les tables, on emprunte unchemin qui borde une immense piscine demosaïque bleue entourée de beds, de transatset de parasols. Ça et là, des gens se dorentla pilule en s’enduisant de crème solaire,lisent un livre, des enfants jouent dansune ambiance joyeuse, sur un fond sonorede musique lounge. Le bien-être et la détentesont définitivement au rendez-vous.La clientèle est plutôt familiale, les touristesabondent et les rires fusent. L’accueil estpour ainsi dire irréprochable. Je suis invitée,avec un grand sourire, à me mettre à table.Ça tombe bien, je meurs de faim !

Le service

Pas de temps d’attente, pas de service àtable (sauf pour les boissons)… Ici, c’estcomme à la maison. Chacun se lève et sesert au rythme qui lui convient. Un responsablede salle déambule discrètemententre les tables, au service des clients,pour répondre à d’éventuelles questionsou demandes particulières. Alors que je goûte un plat dont je peine à déchiffrerle contenu, je lui fais un signe de la mainpour en savoir davantage. Après quelquesinstants, il est de retour : “Si mon palais neme fait pas défaut, il me semble que ce chutneyest composé de pommes et de cannelle, mais jevais m’en assurer auprès du chef”. Je réaliseque, professionnel et impliqué, il est allégoûter lui-même en catimini ; ce qui mefait sourire. Merci monsieur !

Le repas

Le choix est si vaste que je ne sais plus où donnerde la tête ! Il y en a pour tous les goûts : taginede kefta aux oeufs, de poisson, au pouletet aux olives, à la viande, aux légumes, saladesmarocaines variées (zaâlouk, tchaktchouka,carottes au cumin…), méchoui, pâtes et leurssauces (tomate, crème, pesto…), quiches, pizzas…Il est tout bonnement insensé de ne pasy trouver son bonheur ! Il y a même un coindédié aux enfants avec des nuggets de pouletou des potatoes. Après tout, je n’en attendaispas moins de la part de Christophe Leroy, hôtelieret restaurateur de renom ayant fait sesarmes chez Alain Ducasse, et auteur de “Superbrunch”, aux éditions du Seuil.Après avoir tourné en rond pendantquelques secondes, je jette mon dévolu surune petite verrine de farfalle aux moules, crevetteset calamars au pesto, tomates et olivesconcassées ; une part de quiche lorraine ; unepetite salade aux calamars, olives vertes, tomateset oignons ; et un oeuf mystérieux dontje brûle d’impatience de découvrir le contenu.Pas grand-chose à dire, surtout pour la quicheet la salade de farfalle qui ont ravi mes papilles.Petit bémol cependant pour la salade aux calamarset aux olives dont l’assaisonnementm’a paru un peu fade, malgré une intéressantetouche de cumin. Pour ce qui est de mon “oeufsurprise”, il contenait en fait un peu d’oeufbrouillé et une bouchée de salade de tomates,oignons et poivrons. Pour être honnête, je n’aipas vraiment trouvé le mélange savoureux, nisurprenant, mais après tout, les goûts et lescouleurs, ça ne se discute pas !Pour ce qui est du plat de résistance, j’aichoisi le méchoui, une part de tagine depoisson, quelques potatoes, des rondellesde courgettes et des haricots plats, ainsiqu’un chutney de tomates confites au sésame; même si je n’avais déjà presque plusfaim et qu’une immense table copieusementgarnie de pâtisseries et fruits en tout genreme faisait les yeux doux. Je retiens avanttout la cuisson irréprochable de la viande,tendre et goûteuse à souhait dans sa petitesauce crème. Pour ce qui est du poisson, j’aitoujours l’appréhension de tomber sur unearête, mais les filets ont visiblement été bienlevés. Cela n’a donc pas été le cas.Passons maintenant aux choses sérieuses: le dessert. Il me paraît inutile de vous parlerdu moelleux, du croquant, des saveurs…le visuel parle de lui-même. En revanche,j’aimerais décerner une mention spéciale àla petite verrine façon banoffee pie. La seulechose que je déplore, c’est de ne pas avoir euassez de place pour en manger deux, trois,cinq, ou même dix. Un vrai régal !

Les plus

â—† L’ambiance familiale et l’atmosphère reposanteavec un fond sonore au volume idéalâ—† La possibilité de profiter des transats et deslits de jardin avant, pendant, et après le repasâ—† Le choix et la diversité des platsâ—† Le somptueux décor et la piscineâ—† Le prix

Les moins

â—† Pas de bassin réservé aux enfants â—†

La Fashion Week, c'est de la haute couture, des silhouettes féminines et masculines et une mode qui se meut dans
La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous commenciez les hostilités en partant en week-end avec votre moitié, en
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4