Les femmes de l’Egypte antique avaient des contrats de mariage en béton

Les femmes de l’Egypte ancienne bénéficiaient des mêmes droits que les hommes, notamment celui de demander le divorce et d’exiger des contrats de mariage leur garantissant une pension alimentaire en cas de divorce.

Notre condition féminine paraît bien archaïque comparée à celle des femmes de l’Egypte antique. Les chercheurs de l’université de Chicago, qui ont déchiffré les contrats de mariage en leur possession, nous apprennent que les épouses avaient le droit de demander le divorce et celui de bénéficier d’une pension alimentaire en cas de rupture de l’union. Dans l’un d’eux, vieux de plus de 2 000 ans, le montant de la pension en cas de divorce est fixé à  « 1,2 pièce d’argent et 36 sacs de céréales par an jusqu’à la mort de l’épouse », explique Emily Teeter, une égyptologiste de l’institut oriental de l’université de Chicago.

Dans un autre document, l’époux fait état des biens que l’épouse apporte au ménage et promet de la rembourser en cas de divorce. Certains de ces parchemins étaient si détaillés qu’ils pouvaient mesurer jusqu’à 2 mètres et demi. Vous avez dit régression ?

Sidi Ali c’est uni à Hassan Hajjaj, artiste pluridisciplinaire et pionnier du pop art marocain, pour donner naissance à une
Plongée dans l'univers amoureux d’une génération qui tranche avec les précédentes, capable de s’affranchir des diktats sociétaux hérités et d’inventer
Entre des traditions bien établies et des aspirations contemporaines, l'amour au Maroc s'entrelace au sein de valeurs culturelles profondes et
Au Maroc, l’amour est pudique. Il ne se crie pas sur les toits, il ne se vit pas au su
31AA4644-E4CE-417B-B52E-B3424D3D8DF4